*Le magnétisme, comme l'énergétique sont soumis à des prérequis sans lesquels l'efficacité est amoindrie. Ils ne dispensent pas, en outre, d'un suivi médical régulier.

  • Facebook - Black Circle

Retrouvons-nous sur Facebook

YinYang

Vous qui lisez cet article êtes en vie. Vous êtes en pleine possession de vos moyens, physiques, intellectuels, émotionnels, et selon toute logique, spirituels. Pourtant, êtes vous réellement et pleinement conscient de ce que vous êtes ? De qui vous êtes ?


Aussi loin que remonte la connaissance humaine, l'homme a cherché à se comprendre. Dans les traditions indiennes, chinoises, égyptiennes, celtes, amérindiennes, et bien d'autres, sont sanctuarisées des vérités qui ne sont pas nécessairement acceptées comme des réalités. Notre monde est enfermé dans ses connaissances, ainsi que dans ses mémoires acceptées. Il y a pourtant des symboles et des symbolismes que tout un chacun connait, pour les avoir croisés un jour dans la vie. Yinyang est aussi connu dans le chamanisme toltèque comme la dualité dyna

mique, et chez les égyptiens comme le Ba et le Ka. Yinyang est de ces symboles que l'on résume bien souvent par l'expression du bien et du mal.


Pourtant, loin d'être un simple symbole réducteur et séparateur de forces opposées, Yinyang est à la source de toute vie. En tant qu'être humain, et bien que l'on puisse avoir du mal à le comprendre ou l'accepter, cette simple forme géométrique peut expliquer à elle seule toutes les problématiques de vie dans l'incarnation. Elle peut conduire à la connaissance de soi-même, et elle le fait au travers de quasiment tous les courants spirituels. Si nous comprenons ce que nous sommes, nous comprenons comment nous fonctionnons, d'où proviennent les déséquilibres qui perturbent yin yang, et surtout, comment les ramener à l'équilibre. Cela est vrai dans le domaine du yang, et donc du corps physique, mais également dans le domaine du yin, et donc des corps subtils. La conscience mentale aidera à faire le pont entre les deux, pour se réaliser soi.


Yin yang est le fruit non pas de la croyance, mais de l'observation. Les anciens observaient la nature, exactement comme le fait la science de nos jours. Nous ne pouvons imaginer que nos anciens croyaient ce qu'ils ne pouvaient voir et constater. Si quelque chose a pu changer entre ces temps reculés et nos jours actuels, cela ne peut qu'être les limites qui sont imposées par la conscience collective. Ainsi, dire que yin yang est la vie ne parle qu'à très peu de monde aujourd'hui, et pourtant… Pour élever le pont qui peut relier la vérité à la réalité, la vie nous suffit pour observer.


Yinyang est aux fondements de la création de la vie, mais aussi de son maintien. Ainsi, la vie ne saurait être admise sans le mouvement. Ce mouvement est exactement contenu entre le point de départ et le point d'arrivée, comme la ligne de départ d'une course, et la ligne d'arrivée. Entre les deux lignes, il y a le mouvement de l'énergie, des fluides, du corps, des jambes, des bras, du coeur et des pensées. Lorsque la plante vit, elle grandit, et ainsi, elle s'élève. La graine de l'arbre n'est habitée de la vie qu'une fois le mouvement engendré. Notre poitrine bouge comme nous respirons, nos lèvres parlent comme nous parlons, notre visage se transforme avec nos émotions… Tout cela est la vie, toujours située entre ce qui semble être des contraires, et qui ne sont en fait que des complémentaires. Si nous pouvons nous tenir debout, c'est que notre corps est composé d'éléments durs et rigides, qui portent des éléments souples et mous. Ces éléments durs sont faits de minéraux, nos os. Ils sont associés à des éléments liquides, notre sang et notre lymphe. Le sang est mis en mouvement par le coeur, qui l'enverra en bas, pour le remonter en haut.


Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, et ce qui est en bas est comme ce qui est en haut.

Ce qui est dans le ciel est comme ce qui est dans la terre, ce qui est dans la terre est comme ce qui est dans le ciel.

Dans notre monde, tout est doté d'un haut et d'un bas, d'un est et d'un ouest, d'une vérité et de son opposée complémentaire. Yinyang est l'expression de ces opposés en mouvement dont notre vie se fait parfois équilibre, parfois déséquilibre.


AU COMMENCEMENT, DES MOTS

Yin

Le froid, l'hiver, la lune, le ciel, le féminin, la mère, la femme, le liquide, l'intérieur, la sagesse, la liberté, le sud, le négatif, le bien, l'ombre, le caché, la droite, le haut, le macrocosme, l'air, l'eau, l'émotion, le mou, le souple, le magnétisme, l'impalpable…

Yang

Le chaud, l'été, le soleil, la terre, le masculin, le père, l'homme, le solide, l'extérieur, la persévérance, la loyauté, le nord, le positif, le mal, la lumière, le révélé, la gauche, le bas, le microcosme, la terre, le feu, la réflexion, le dur, le raide, l'électrique, le palpable…


Du ciel, gazeux, nait l'eau qui tombe sur terre et coule en elle. Dans la terre, matière minérale et végétale, naissent les gaz qui s'élèvent au ciel. Le gaz est dans la terre, la poussière est dans l'air. L'un comme l'autre sont en l'autre, l'un comme l'autre s'engendrent, par la chaleur dans la terre, par la fraicheur dans le ciel, ainsi ils changent d'état. Le ciel est léger, la terre est lourde, la vapeur fait l'eau, l'eau fait la vapeur. Voyons en cela l'idée du mouvement, l'idée de la transformation, l'idée de la vie.


Voyons en cela l'idée de Yinyang, l'idée du mouvement, la véritable idée qui n'est en rien similaire à l'idée figée et immobilisante de deux états différents. Le bien et le mal, le féminin et le masculin, le chaud et le froid, le dur et le mou, le gazeux et la matière, le fluide et le solide, pair et impair, nuit et jour, positif et négatif… Tous ces couplages ne sont point vus, le plus souvent, comme des couples complémentaires, mais comme des opposés.


Pourtant, est-il un point commun entre le chaud et le froid ? Oui. La température. Froid et chaud font la température. La température est Yinyang. Yinyang est changeant, la température est changeante. Ce qui est chaud peut être froid.


Est-il un point commun entre la nuit et le jour ? Oui. La lumière. Nuit et jour font la lumière. La lumière est yin yang. Yinyang est changeant, la lumière est changeante. Ce qui est lumineux et blanc peut être sombre et noir.


Est-il un point commun entre l'homme et la femme ? Oui. Le corps humain. Homme et femme font le corps humain. Le corps humain est yin yang. Yinyang est changeant, le corps humain est changeant. Ce qui est masculin peut être féminin.

Imaginez vous vous assoir dans une pièce où la température ambiante est de 12°. Votre température corporelle est de 37,2°. De votre corps ou de la pièce, qu'est ce qui est le plus chaud ?


Sortons de cette pièce, et entrons nous assoir dans une autre. La température ambiante y est de 46°, à la limite du respirable. De votre corps ou de la pièce, qu'est ce qui est le plus froid ?


Dans une pièce, votre corps était le chaud, dans l'autre il est devenu le froid. Pourtant, sa température n'a pas changé d'une pièce à l'autre…


Ce qu'il s'est passé entre les deux est une seule chose : vous vous êtes déplacé d'une pièce à l'autre.

Quand nous disions que ce qui est masculin peut être féminin, votre mental intellectuel ne s'est-il pas mis en résistance ? Nous comprendrons par cette question qu'une dualité a pu s'installer. Accepterez-vous de la rendre dynamique ? Parce que peut-être pensez-vous que les corps d'une femme et d'un homme sont différents, vous n'accepterez peut-être pas d'avoir en vous du masculin et du féminin. Vous savez pourtant que le corps d'une femme est constitué des mêmes parties que celui d'un homme. Une tête, un cou, un tronc, des bras, un bassin, des jambes. Ceci est ce qui est vu de l'extérieur du corps, et certains, peut-être, oseront contester l'aspect identique des deux corps.


"Oui, mais la femme a des seins ! Et puis nos sexes sont différents !"


La femme a bien des seins, comme l'homme. Ils sont seulement plus gonflés. Quand à nos sexes, ils sont seulement inversés… Ovaires comme testicules sont la même chose, appelée "gonades". Ces glandes produisent pour elle, le principe yin de la vie, l'ovule, pour lui, le principe yang, le spermatozoïde. Phallus et vagin sont la même chose, l'un plein, l'autre vide, créés l'un pour l'autre, fonctionnant l'un avec l'autre, ou l'un dans l'autre. Dans l'acte de procréation, la création est toujours précédée par le mouvement, ceci est le principe de yin yang : le mouvement. yin yang n'est pas un état figé et constaté, il est le mouvement engendré par deux forces : l'une centrifuge (yang), l'autre centripète (yin).


Ainsi, yin yang donne la vie, comme il est en toute vie. Le principe féminin se trouve dans l'ovule, immobile, qui attend à l'intérieur de l'espace maternel offert à la vie. Le principe masculin se trouve dans le spermatozoïde, qui est expulsé à l'extérieur de l'espace paternel, dynamique et en recherche de son principe complémentaire. Nous avons ici l'immobile et le mobile qui s'unissent à l'instant même de la fusion dans le ventre de la maman.


Yin yang est le mouvement, il convient de le comprendre. Il ne peut être, pour cette raison, séparé, isolé, fragmenté, séparé en ce qu'il est. C'est pourtant, et malheureusement ce qui a été fait de yin yang durant les derniers siècles.

Nous avons fait du chaud et du froid deux choses différentes, et opposées. Selon Cyrille J.D Javary, le froid n'est ainsi pas le froid. Il est le refroidissement. De même, le chaud est le réchauffement. Là est le principe initial observé par la tradition chinoise, et dévoyé par elle-même aux alentours de -200 avant JC.


À cette époque, où régnaient les Han, il a été entendu que selon l'idée d'un yin centripète et d'un yang centrifuge, il était logique d'enfermer la femme à l'intérieur de la maison, pour réserver l'extérieur à l'homme. Ce principe totalement douteux se basait sur une simple interprétation, rien de plus, mais dont les conséquences ont été l'enfermement de la femme. Le genre a été localisé et sectorisé, l'un à l'intérieur, l'autre à l'extérieur. Ce qui a été initié en Chine s'est ensuite exporté aux quatre coins du monde, par les religions qui se sont inspirées de la sagesse chinoise détournée par elle-même. Nous vivons à l'heure actuelle de grands débats sur le voile et sur la co-existence des sociétés modernes et des traditions religieuses qui prônent encore l'enfermement du féminin. Entendons l'enfermement dans différents sens, que cela soit physiquement, mais aussi au sens de l'expression verbale limitée, de l'habillement vestimentaire qui cache, du monde politique dont on sait les difficultés qu'il a unifier les énergies féminine et masculine.


La sexualité a été depuis des siècles, résumée à une différence physique clivante. Alors que l'homme et la femme ont été créés pour être réunis par cette partie du corps, cette partie du corps est devenue ce qui les sépare. La première erreur, à mon sens, des mouvements religieux ou spirituels, comme d'un certain nombre de mouvements de pensée modernes, est d'associer le principe yin yang à la matière, et uniquement à la matière. En d'autres termes, yin et yang sont réduits à ce qui est physique. Il y a là une volonté affirmée de séparer l'inséparable, en commençant par le corps. Pourtant, au-delà du corps, il y a d'autres réalités qui contribuent à la vie, et notamment l'énergie vitale. L'énergie habite le corps, elle n'est pas le corps. Là est la grande clé consciemment dissimulée durant des siècles. L'énergie est yin yang, yin yang est l'énergie qui crée le mouvement. Certes, l'homme est prédisposé au yang, par le corps, mais il est aussi un mental et des émotions. Certes, la femme est prédisposée au yin, par le corps, mais elle est aussi un mental et des émotions. Si la femme et l'homme associent leurs principes yin et yang pour donner la vie à un nouveau corps, les autres consciences d'eux-mêmes peuvent modifier leur dominante énergétique.

Nous pouvons ainsi trouver différents profils humains, qui sont la réalité de notre monde. Il existe des hommes de nature yin, et des femmes de nature yang. Tous seront amenés à s'unir avec un autre, mais rien ne dit que cela sera avec le sexe physique opposé, sauf s'il s'agit de donner la vie. Pour seulement vivre la vie, trouver l'amour et le vivre dans la plénitude nécessitera seulement de trouver la bonne personne. La bonne personne sera immanquablement celle qui permettra le couplage yin yang énergétique. Peu importe le corps incarné par l'âme, c'est la nature énergétique qui primera. Ainsi, un couple homme femme peut être totalement différent d'un autre. Si le yang est porté par la femme, l'homme sera plus disposé à s'occuper de la famille et de la maison. De la même façon, deux hommes de nature différente s'uniront pour les mêmes raisons, attirés l'un à l'autre par l'énergie complémentaire à la leur et suivant les commandements de leurs âmes respective. Ainsi réunis, yin yang peuvent créer l'harmonie des différences complémentaires, à l'inverse de l'harmonie du semblable qui ne supporte pas bien longtemps l'union.


Nous trouvons ici une réalité bien ancrée dans nos sociétés, bien qu'elle soit énergiquement déficiente. Nombre d'humains recherchent leur moitié, tout en considérant mentalement que cette moitié doit être la copie conforme de ce qu'ils sont. Ainsi, un être yin cherche un être yin. Un être yang cherche un être yang. L'être spirituel cherche un autre être spirituel. L'être attaché à la matière et au matériel, cherche un autre être ayant les mêmes attentes. Cela fonctionne, pour des raisons liées à l'énergie de notre monde. Pourtant, cela fonctionne tant qu'il y a mouvement, dans la recherche de l'autre. En réalité, l'un et l'autre ne s'attirent pas, ils se cherchent, et finissent par se percuter. Il s'ensuit une explosion d'énergie, conséquence de l'ajout des deux énergies. Il est ainsi indéniable que nos deux spirituels vont développer encore plus de spiritualité. Ils auront des discours et des dialogues qui combleront leur vie, en apparence. Cette spiritualité prendra toute la place dans leur vie, à l'exclusion de toute autre forme d'énergie, probablement. La matérialité viendra à manquer, la vie sera difficile dans un monde on ne peut plus construit sur l'avoir. L'émotion sera décuplée par les difficultés de la vie, et ce qui devait être merveilleux deviendra peu à peu ennuyeux.


De la même façon, nos deux êtres installés sur les valeurs de l'argent et de la réussite vont s'unir. Ils vont créer dans la matière, de la matérialité. Ils vont créer des richesses, construire des maisons, conduire de belles voitures. Tout ce qu'ils possèderont pour l'avoir créé par la combinaison de leurs énergies n'aura été créé, en réalité, que par l'extérieur. La voiture, la télévision, le téléphone auront été créés par des ingénieurs, les maisons par des architectes. Ils feront des enfants qui devront plaire au monde extérieur, reflets de leur propre réussite. Il manquera à ces deux là la spiritualité et l'émotion. Il y aura profusion de matériel, mais plus le matériel sera source de rêves, plus le vide affectif sera amplifié. L'amour y perdra, et la séparation arrivera, pour se régler parfois à coup de chiffres devant les avocats.


Yin yang est partout, dans tout ce qui a été créé en notre monde. Il permet la vie, comme il est dans la vie. Yin yang n'est pas qu'un dessin dévoué aux affres du marketing, comme cela semble être devenu le cas de nos jours. Il suffirait en effet de placer une représentation du Tao pour faire de sa page Facebook un rendez-vous spirituel ? Cela pourrait être le cas, si yin et yang s'y trouvaient tous deux parfaitement représentés, dans les images et dans les mots présentés. Si l'équilibre parfait était respecté, entre le yin inspirant le yang, et le yang expirant le yin.


Arrêtons-nous un instant sur le symbole et sa symbolique. Un cercle, exactement séparé en deux parties qui font moitiés parfaites. Ce cercle comporte deux cercles dont les couleurs semblent opposées, blanche et noire (ou bleu/verte et rouge). Yin yang est vu comme une photo, alors qu'en réalité, il faut le voir comme un film, en mouvement.


Dans ce cercle initial qui représente la pureté, la perfection et le mouvement, s'inscrivent deux principes de vie, l'énergie et la matière, le yin et le yang qui ensemble, formeront yin yang comme une entité vivante. Ces deux sphères à l'intérieur de la sphère s'écoulent dans les espace vides ainsi créés, car nous le savons tous : la nature n'aime pas le vide. Le vide soutient la vie, mais le vide n'est pas la vie. Ainsi Yin et Yang remplissent l'espace de la sphère initiale. Ils s'unissent, ce collent, sans se mélanger. Notez qu'il n'est absolument pas possible de bouger l'une ou l'autre des parties sans que l'intégrité de la sphère ne soit abimée… Ainsi déployée, la sphère est apte à recevoir la vie, et donc le mouvement. Pourtant, l'ensemble reste immobile, car parfaitement équilibré. En bas le yin, en haut le yang. Dans la tradition chinoise, ce qui est en haut à tendance à aller vers le bas, comme l'eau tombe du ciel. De la même façon, ce qui est en bas à tendance à aller vers le haut, comme le feu s'élève au ciel. Nos deux principes sont là, immobiles. Nous avons le yang en haut, dense, brûlant comme l'énergie fait chauffer le moteur. Nous avons le yin en bas, léger, froid comme la surface de la lune ou la nuit.


Ajoutons le mouvement, la graine de yin dans le yang, la goutte de pluie qui fait basculer l'ensemble. Dans le même temps, ajoutons l'étincelle de yang dans le yin, la flamme du feu qui réchauffe l'air et le fait monter. Nous retrouvons nos quatre éléments : la terre dans laquelle coule l'eau, l'air que réchauffe le feu. Ces quatre éléments combinés mettent en mouvement yin yang, et la vie se crée, toujours. Cette vie ainsi créée le sera selon le principe du mouvement, mais aussi de l'équilibre. Lorsque cet équilibre est rompu, par le ralentissement de l'un ou l'autre des principes initiaux, alors l'ensemble n'est plus créateur de vie, et le mouvement s'arrête et la vie est déséquilibrée. Les problèmes arrivent, les soucis s'installent, la peine et les difficultés émotionnelles s'installent durablement. L'émotionnel sera l'élément déclencheur qui s'immiscera en toute partie de nous, il sera l'eau qui met l'ensemble en mouvement, comme dans notre image de yin yang. Le mental sera l'élément feu qui fera bouillir l'eau dans tout le corps. La spiritualité sera l'élément air, dilaté par le feu. La vie n'aura plus de sens précis, on s'enfermera dans ses pensées, comme un hamster dans la roue. Enfin, le corps sera la terre, réceptacle de l'énergie de vie, mais aussi de l'âme. Il sera le terminus de tous ces dérèglements. Trop d'air, trop de chaleur dans le corps, des dérèglements hormonaux, un système sanguin et lymphatique perturbés feront la mauvaise santé.


Les deux éléments perturbateurs sont le feu et l'eau, le mental et l'émotionnel. Ils sont nos deux points dans notre yin yang. Ne figez pas l'image, car elle peut être inversée. Tout dépendra du côté où vous vous placez : sur le plan de la matière, ou sur le plan subtil. Lorsque la matière est en bonne santé, ce qui engendrera la mauvaise santé sera le mental ou l'émotion. Lorsque le mental et l'émotion sont en bonne santé, c'est le corps qui peut engendrer la mauvaise santé émotionnelle ou mentale. Jamais yin yang ne se fige en une seule image, il suit les règles et les lois de l'Univers qui conduisent au mouvement, et donc au changement perpétuel. Yin yang est perpétuel, il est l'image du mouvement perpétuel de la vie, de l'incarnation à la désincarnation, de la vie à la mort ET de la mort à la vie.


Dans notre société et dans notre monde, yin yang est l'Est et l'Ouest, le Nord et le Sud. Nous vivons, vous et moi, dans une partie du monde qui s'appelle l'Occident. Cette partie du monde est marquée par le sceau de l'énergie yang. Nous vivons à l'heure actuelle de profonds bouleversements et de nombreux changements. Nombreux sont ceux à ne plus trouver leurs repères dans cette société, mais aussi dans leur vie. Certains se sentent emprisonnés dans une vie qui ne leur correspond pas. La famille ne répond plus à leurs besoins essentiels, et nous ne parlons pas ici de besoin forcément matériel, bien que ce soit parfois le cas. Non, nous parlons de besoins qui peuvent être d'une toute autre nature, de besoin de nature yin. D'ailleurs, nombreux sont ceux à aller vers la nature, qui représente la vie passive. La vie qui ne réfléchit pas à comment payer les factures, quelle voiture acheter, quelle apparence donner au monde pour être aimé, reconnu, accepté… La nature s'accroit dans la passivité du yin, créatrice au point d'en paraître totalement désordonnée, alors qu'elle ne l'est pas. La nature utilise les forces yang de la terre et du soleil, en laissant passivement s'unir à cette force, celles de l'air et de l'eau qui sont la force yin.

Puisque yin yang est à la source du vivant sur notre planète, il est dans tout ce qui crée la matière. vivante. L'air est de nature yin, comme l'eau. La terre est de nature yang, comme le feu. Ainsi, toute forme de vie animale vit soit dans l'air, soit dans la terre, soit dans l'eau. Certaines formes de vie accèdent aux trois mondes que sont le ciel, la terre et la mer. Yin yang se trouve donc dans ce qui a été créé pour permettre à la vie de se déployer, mais également dans ce qui porte la vie, le corps, et dans ce qui en fait l'expression : la pensée.


Notre corps est Yin yang, et toute forme de médecine holistique raisonne ainsi. À la base il y a le cerveau, nos deux hémisphères cérébraux. À gauche, le cerveau yang, à droite, le cerveau yin. En médecine chinoise, le futur est devant nous et le passé derrière nous. Le présent incluant le futur immédiat et le passé récent forme un cercle étroit autour du corps. La face avant du corps est scindé en deux moitiés homothétiques, deux bras, deux jambes, deux yeux, deux oreilles… La moitié gauche avant du corps humain est pilotée par l'hémisphère droit du cerveau. La moitié droite avant est pilotée par l'hémisphère gauche. Cela est vu sur le plan fonctionnel et physique. Sur le plan énergétique, du présent immédiat au futur, la face avant droite du corps est yang, la face avant gauche est yin, ce qui signifie que toute problématique corporelle située sur cette partie du corps est liée au masculin. Inversement, la face avant gauche est yin, et donc liée à l'énergie masculine. En médecine chinoise, ce qui est lié à l'avant du corps symbolise tout ce qui a trait à la vie incarnée, alors que l'arrière concerne ce qui précède l'incarnation. La lecture énergétique du corps est donc inversée, et la gauche du corps est yang alors que la droite est yin.


Le symbole yin yang définit à lui seul, sous sa forme en 3 Dimensions, l'avant et l'arrière, la droite et la gauche, le haut et le bas. Nous retrouvons bien entendu cela dans le corps humain, avec le bassin et la colonne vertébrale qui agissent comme des lignes de jonction entre le haut et le bas, la droite et la gauche. Ce qui touche la terre et permet d'avancer dans la vie, ce sont les jambes. Le bas du corps est yang. Ce qui se promène en l'air et permet de créer et d'imaginer, c'est la tête et les bras. Le haut du corps est yin. Pour suivre ainsi la logique de yin yang, nous pouvons aller plus loin encore : le bas de la jambe est yang, la cuisse est yin, l'avant bras est yang, le bras est yin.


Dans la vie, l'être humain ne cesse de vivre une succession d'équilibres et de déséquilibres yin yang. Dans son corps, dans son mental, et dans ses relations sociales. Comme nous avons vu précédemment qu'un couple pouvait trouver son équilibre au travers de la complémentarité de ses polarités dominantes, nous pouvons observer cela dans les relations humaines. Chacun d'entre-nous exprime une dominante énergétique et psychique, qui est soit de nature yin, soit de nature yang. Alors que nous devrions logiquement nous exprimer dans la vie selon un processus de création mentale bien établi, et incluant les deux hémisphères du cerveau, notre éducation et nos conditionnement ont, selon les personnes, diminué l'une d'entre elles au profit d'un surdéveloppement de l'autre. Chaque hémisphère a des fonctions bien définies.


L'hémisphère droit est de nature Yin, féminine et magnétique. Il est le domaine du paradoxal, de l'irrationnel, imaginaire et créatif, fantaisiste et musical. Le cerveau droit pense par images, il est empirique, spirituel et sensuel. Il se réfère au futur, et répond instantanément à la nouveauté et à l'inconnu par la curiosité. Il génère des émotions positives, de joie. Notre cerveau droit est non verbal, synthétique et spontané. Il est visuel et spatial, diffus et intuitif. Concret et littéral, il est aussi celui qui nous fait ressentir le confort.


Nous trouvons en tout cela matière à créer, à imaginer, à générer notre futur de vie. Toutefois, pour manifester toute cette création, le cerveau droit est secondé par le cerveau gauche.


L'hémisphère gauche est de nature Yang, masculine et électrique. Il est le domaine de la logique, de la raison et de la volonté. Il se fait le siège des automatismes, des réflexes conditionnés. Il calcule, additionne et soustrait. Scientifique, il mesure, classe et nomme les choses. Le cerveau gauche est matérialiste, il se réfère au passé et confronte le présent aux situations antérieures. Il génère des émotions de tristesse, de peur et d'angoisse. Notre hémisphère gauche est verbal, rationnel et dirigé. Il est abstrait dans l'image, focalisé et analytique. C'est lui qui nous fait ressentir les états de tension et de stress.


Si nous tentons d'exprimer ici le fonctionnement de notre cerveau dans un cas concret, l'expérience d'un peintre est idéale. Le peintre va imaginer sa peinture. Il le fera d'un façon ou d'une autre, soit en reproduisant la réalité de ce que la vie lui montre comme image, soit en imaginant des images qui ne sont pas réelles. Prenons comme exemples Michel Ange et Picasso, avec Van Gogh qui peut se situer entre les deux. L'imagination est Yin, elle est préalable à la réalisation du tableau, qui n'est autre que la manifestation physique de l'image créée. Ce sont donc les mains qui vont manifester le créé, par l'acte de peinture du peintre. Cette réalisation est yang par nature, mais elle peut être plutôt yin avec une peinture légère comme l'aquarelle, ou yang avec une peinture brute, épaisse, réalisée au couteau ou avec les doigts. Pour vivre de sa peinture, le peintre devra vendre ses toiles, et cette action là est liée à l'ancrage terrestre, et donc de nature yang.


Dans notre monde et les sociétés qui s'y développent, la partie yin de notre cerveau a été depuis bien longtemps déjà, diminuée chez certains, accrue chez d'autres. L'excès de yang, comme l'excès de yin sont préjudiciables et ne permettent pas une vie épanouie et constructive. Le mental étant l'élément humain qui lui permet de créer sa vie, c'est par un travail intellectuel sur yinyang que nous pouvons rétablir ce fonctionnement harmonieux. Tout travail de développement personnel holistique conduit à ce savoir précis qui remet en relation le Soi et le Moi, l'enfant et l'adulte, le le yin et le yang.


L'être qui se trouve en excès de yin ne peut vivre en étant lui-même dans une société yang écrasante, matérialiste, qui classe les gens dans des cases et qui conditionne tout ce qu'elle touche, du légume à la personne. L'être yin doit, pour survivre dans un tel environnement, créer un faux self, un personnage fictif adapté à son environnement, mais qui enferme la véritable nature intérieure.


À l'inverse, l'être qui se trouve en excès de yang ne peut créer autre chose que ce qui a été conditionné en lui, par l'extérieur. Il ne se définit qu'au travers des cases dans lesquelles il a été placé par la société, conditionné comme un légume dans une barquette. L'être yang peut vivre plus aisément dans la société, sans avoir à s'adapter. Il est déjà adapté, mais sa véritable nature intérieure est non pas enfermée, mais inconnue de lui-même.


Chaque être, chaque personne est différente en raison de sa vie, de ses expériences, de l'héritage parental et familial et de l'éducation reçue. Les déséquilibres énergétiques qui se sont implantés dans les deux hémisphères l'ont été au fil du vécu, et des différents traumatismes que l'émotionnel n'a pas su gérer. Ces blocages psychiques entraineront des blocages énergétiques, des zones de résistance, qui avec le temps, peuvent créer des désordres corporels, ou la maladie. C'est ainsi qu'en vertu de yinyang, le travail énergétique permet d'aider à régler des problèmes corporels, de la même façon qu'un travail corporel permet de régler des problèmes énergétiques. C'est ainsi qu'en vertu de yinyang, le travail sur soi en thérapie holistique permet d'aider à régler des problèmes énergétiques, de la même façon qu'un travail énergétique permet de ramener des mémoires que l'on peut évacuer par la conscientisation.


Yin yang n'est pas la vérité absolue, il n'est pas le tout, bien qu'il soit en toute chose. Yin yang est une voie parfaitement compréhensible et applicable dans notre monde matériel, dans notre corps de chair et d'os, tout autant que dans nos corps subtils et nos énergies. Yin yang est le processus qu'il nous suffit d'observer et de comprendre pour apporter de nouveau l'équilibre là où il n'est plus. Pour observer et comprendre, nous aurons besoin de nos consciences, de toutes nos consciences. Nous partirons toujours de la conscience corporelle, de ce mal être intérieur, mais aussi extérieur. Lorsque le corps manifeste la maladie (le mal a dit) ou le mal être, alors il nous faudra partir de la conscience mentale pour la diriger à l'intérieur de nous, vers la conscience de nos émotions. Cela ouvrira immanquablement la conscience spirituelle, celle de l'âme et du coeur.

Cela ne peut être qu'un chemin personnel, une décision intérieure, que d'accepter de s'assoir un instant face à soi. Si jouir de la vie est le fruit d'une décision; souffrir de la vie n'est bien souvent que le résultat d'un immobilisme, d'une absence de mouvement. Rien n'est plus assuré que la souffrance, quand on ne se lève pas pour marcher vers la sortie. Ce chemin est celui de la vie, une vie qui est bien celle-ci. D'ici à ces derniers instants que chaque âme incarnée en ces temps vivra une nouvelle fois, il y a un proverbe : tous les chemins mènent à Rome.


Qui veut vivre la joie la vivra, comme qui veut aller à Rome ira un jour. Par le truchement des lettres et des mots, ce proverbe nous dit tant d'autres choses…


Tous les chemins mènent à Rome, tous les chemins mènent Amore.

Amore

AMOUR, en Italien.


Tous les chemins mènent à l'amour de soi et du monde, en cette vie ou en une autre. Conscient de cela, pourquoi donc avoir peur de ce qui suit ?


Les plus pessimistes entendront que tous les chemins mènent à la mort, mais les apprentis optimistes entendront que tous les chemins mènent à bien plus encore, comme un oxymore de l'occident, parce que more signifie aussi "plus en quantité", en anglais.


À chacun de décider, dans sa tête et dans son coeur, la nature du chemin qui sera le sien. Yinyang nous aidera, moyennant des protocoles simples, à rétablir l'unité en soi et l'équilibre en tout.


Parce qu'entre l'âme et le coeur se situe précisément le mental, lui seul a le pouvoir sur l'énergie motrice qui conduit au mieux être. Il est le feu et l'eau qui ensemble s'équilibrent dans nos deux hémisphères cérébrales. Il y a dans notre tête la clé de la porte, il y a yin yang, mais si le mental est sur Terre, qu'y a t'il en haut ? L'âme…


https://www.youtube.com/watch?v=FI3Eg5jKsaY

69 vues