Le chemin - Chapitre IV

Le chemin vers soi se fait parfois sous une pluie de questions qui toutes, appellent les émotions. Il y a cette connexion au Soi qui percute le Moi. L'identification du Moi est une voie qui permet la découverte du Soi. J'aime à comparer ce Moi à une couverture de survie, qu'il suffit de retirer pour voir apparaitre la vérité d'un Soi terrifié par la réalité. Toutes ces questions nous amènent peu à peu à prendre conscience de notre histoire, de notre passé, de notre vivance et de nos expériences.


Le Moi et le Soi

Pour résumer très simplement ce qu'est le Moi et le Soi, voici mon interprétation : le Soi est l'intériorité de l'être, autrement dit la vérité de l'être. Le Moi est l'extériorité, le persona, l'identité que l'on offre au Monde extérieur. On peut aisément comprendre qu'il serait dangereux d'exposer au monde sa sensibilité dans sa pleine vérité. Le monde n'est pas construit de la sorte. Dans le travail, par exemple, si on montre sa sensibilité, cela peut avoir des conséquences. Aussi, le persona est là pour permettre l'échange sécurisé avec le monde, sans que nous ayons à renier le Soi intérieur. J'ajoute que je fais la distinction entre le moi et le Moi. Le moi, avec la lettre "m" minuscule est le petit moi, ou l'ego identitaire qui éteint totalement le Soi. C'est précisément ce petit moi qui empêche l'être d'être sa vérité aux yeux du Monde.

"Si tu veux voir se produire quelque chose de nouveau dans ta vie, fait quelque chose de nouveau."

Le développement personnel intègre une multitude de petites choses comme celle-ci : faire quelque chose de nouveau. Alors j'en reviens aux questions que la vie nous pose, et à ce qui fait mal à l'intérieur de Soi. Qu'est ce qui fait le plus mal, à l'intérieur ? Je vois deux choses : l'amour et la mort. Dans les deux cas une chose fait le lien : la perte. La perte fait souffrir à l'intérieur. Si la mort est une expérience de la vie, elle est aussi un fait qui ne dépend pas de nous-mêmes. Lorsqu'un proche quitte nos vies, nous ne pouvons qu'accompagner son âme à faire le voyage. La souffrance sera persistante si l'être perdu est considéré comme une part de nous-mêmes, tout comme l'amour d'ailleurs. L'amour perdu est moins douloureux lorsque c'est nous qui décidons de le rompre, que lorsqu'on en subit la rupture. Si cet amour est comparé à un besoin vital, sa perte engendre toujours une blessure et une douleur immense qui est proche de la mort.Cela est habituellement vrai pour tout un chacun, à un moment de la vie. C'est d'ailleurs un des sens de la vie que de comprendre ces mécanismes émotionnels, lorsqu'ils deviennent douloureux. Pour certains, cette immense douleur prendra fin à l'instant même où les yeux se poseront sur un (une) autre… Signe et preuve que la blessure était affective et due à la dépendance. Une fois la dépendance de nouveau nourrie, la douleur s'apaise.


Pour d'autres, la douleur ne s'apaise jamais. Une personne reste là, et elle semble ne pas vouloir quitter l'espace qui lui avait été attribué. Avec cette personne, rien ne semble pouvoir permettre le lien tant les choses sont apparues compliquées avec le temps. La rupture semble aujourd'hui si naturelle, car les deux personnes étaient totalement différents. Dans un monde qui d'ordinaire nous pousse à choisir celui qui est comme nous, nous vivons pour la première fois une attirance pour une personne qui est totalement différente de nous… Elle est arrivée après tant de blessures et de douleurs, tant d'échecs consommés. Nous avions pourtant demandé à ce que notre vie aille vers la lumière, conscients que nous étions de notre chemin d'évolution spirituelle et personnelle. Il y a là une chose importante, et qui touche le coeur. Un jour le coeur s'enflamme, pas forcément pour l'amour, pas forcément pour le couple, pas forcément pour le monde, mais pour Soi…

Et si tout ce qui a été vécu jusqu'ici n'était en réalité que le générique du début du film ?

L'amour est un sentiment, pas une émotion. Il s'agit d'une énergie de création de la vie qui échappe à toute forme de pensée intellectuelle. Imaginons un instant nous couper de notre mental, que reste t'il ? Le coeur, et sa façon à lui de penser. Si le mental veut avoir, le coeur veut être. Lorsque les douleurs de la vie s'accumulent sans jamais être consciemment "sorties" de nous, il arrive forcément un jour où la coupe est pleine. J'aime offrir l'image d'un crâne qui n'est autre qu'une coupe inversée. Ce crâne est le contenant de nos pensées, et il se rempli tout comme le fait une coupe. Lorsque le trop plein arrive, il déborde, et c'est précisément là que tout s'effondre. Ce à quoi on tenait tant s'évanouit et semble d'un coup sans aucun intérêt. Lorsque l'amour nous est retiré, les pensées s'excitent, elles se multiplient comme les gremlins que l'on jette dans la piscine. Dans la nuit froide et noire de la perte, donner à manger à ses émotions les renforce jusqu'à ce qu'elles nous dévorent. Enfants de la vie nous sommes, et en tant que tels nous expérimentons, nous apprenons, et nous faisons des choix. Avant de produire quelque chose de nouveau, certains commencent par définir ce dont ils ne veulent plus. D'autres renforceront ce qu'ils veulent, ainsi est la séparation initiale qui poussera l'être à devenir, ce qu'il est vraiment. Par la simple pensée, le coeur peut s'enflammer, et s'il le fait avec passion, alors il envoie du feu tout autour de lui. Ce feu est une énergie envoyée à l'Univers, dans un cri lancé pour que soit réalisée l'unité en soi. Il n'y a plus d'amour à ce stade qui ne soit pas effrayant. S'il est rencontré, il déclenchera des peurs, d'être abandonné, ou d'être rejeté. Une fois de plus nous trouvons une réalité scindée, tel que peut l'être notre Monde actuel. Ici sur Terre, la dualité est Reine et le mental est Roi, tous deux sont en vérité des menteurs. Le travail de chacun est peut être de transformer la dualité en unité et le mental en énergie du coeur, pour se couronner soi-même.


C'est sur ce chemin que sera initié (allumé) celui qui peut l'être, bien au-delà de celui qui veut l'être. Vouloir est un autre menteur qui peut être au service de l'avoir, et dans le temps présent, l'énergie cosmique dans laquelle nous baignons est plutôt celle de l'être que celle de l'avoir. Nous le voyons chaque jour un peu plus : certains veulent maintenir leurs avoirs en réprimant ceux qui veulent simplement être. Le monde sombre dans un chaos indéfinissable, et nous sommes tous au milieu. L'Univers connait ses enfants et reçoit ceux qui lui parlent. Il ne me semble pas (cela n'engage que l'auteur) qu'il juge la douleur de ceux qui lui parlent, il se contente d'y répondre. À ceux qui souffrent de l'amour, il y aura toujours plus d'amour, et si rien ne change en vérité dans le mental, le coeur continuera d'en souffrir. Une rencontre est venue pour certains exprimer ce fait précis, et elle reste pour moi le résultat d'une étincelle qui peut remonter à bien avant la rencontre. Pourquoi ? Parce que la rencontre est importante, pour Soi, pour l'autre, et pour tous. Alors autant préparer le terrain en amont, pour que, quoi qu'on en dise ou en pense, les choses puissent se réaliser. Tout n'est pas toujours parfait, parce que le monde terrestre est mental, et ce mental parfois se prend les pieds dans son ego. De croyances en connaissances, jamais le savoir ne se construit. L'âme tourne en rond dans son être, et le coeur ne cesse de recevoir et d'exprimer ce qui peut et doit permettre de réellement changer les choses, en SOI.

Le chemin a commencé avec des amours mal pensés. On recherchait celui ou celle qui était comme nous, pour nous protéger de tout risque de tomber. Finalement, on recherchait un amour dont on cherchait inconsciemment à se protéger. Ces amours là on foiré. Tout n'a pas foiré, il est resté des souvenirs, des bons moments et parfois des enfants. Ils resteront à vie le miroir de l'amour qui les a conçu et porteront à leur tour les mémoires de l'énergie qui émanait des deux parents au moment de leur conception. Puis la vie s'est étirée ainsi, jusqu'à ce point critique de non retour : celui où nous avons décidé de ne plus gâcher cette vie. En prenant conscience que nous n'étions plus les seuls à souffrir intérieurement, et que d'autres aussi avaient besoin d'un secours, peut être avons nous aussi cherché le secours pour nous-mêmes. Je parle du vrai secours, celui qui peut nous être donné parce que nous le demandons fermement, et pas seulement pour raconter nos blessures plus grosses que celles des autres. Appeler le changement suppose que le décret soit posé à destination de son âme. Cela suppose d'accepter ce qui va se présenter pour nous aider à travailler, des rencontres, des échecs, des thérapeutes, une flamme jumelle.

Toujours le chemin continue, avec force et foi qui ne demandent qu'à être renforcées. Il y a du féminin dans ces deux mots, il y a aussi deux énergies en eux. Peut-être résument-ils l'amour qui permet de créer, cet amour que j'ai toujours préférer renforcer par le mot universel, plutôt qu'inconditionnel. Si vous avez été allumé, vous serez initié. Par qui ? Par quoi ? L'important n'est pas le qui, ni le comment, mais le pourquoi ? Pourquoi faire tout cela ? Pour être heureux (se) ? Seul ou en couple ? Pour Soi, pour l'Autre, pour le collectif ? Une personne au Monde peut aider à tout ramener à l'état neuf, au plan vibratoire original. Une, et une seule. Pourquoi ?


Parce que l'humain est tout aussi complexe que l'humanité. Ce que cette personne peut faire, 10 autres ne pourraient pas le faire. Chacun est différent, et si chez une personne réside une particularité capable de vous faire travailler une blessure, il en faudra une autre pour vous aider à travailler une autre blessure, très probablement. Cela, c'est ce que vivent les humains qui n'ont pas allumé le feu du coeur, comme je l'ai décrit précédemment. Pour eux la vie suit son cours, et les âmes soeurs croisent le chemin, les unes après les autres, pour nettoyer ainsi ce qui peut l'être. Pour ceux qui sont prêts à faire le chemin condensé de la flamme jumelle, d'en porter le poids et la difficulté, sans jamais perdre de vue cet amour vécu hors du mental, alors…

Alors viendra la personne qui elle aussi a souffert, autrement, mais des blessures qui peuvent résonner exactement où il le faut, et dans les grandes largeurs. À la question pourquoi ? Je peux aussi répondre que l'humanité est à un palier de son histoire. Nous changeons d'aire cosmique, ce qui implique que les énergies sont en mouvement sur la planète, car elles le sont dans l'Univers. Je ne peux plus retenir le mot à ce stade : la Source. La Source est cette chose informe qui donne forme à toute chose. Je ne détaillerai pas ici, chacun l'appellera comme bon lui semble. La Source de quoi ? Source de vie ? Source d'énergie ? Source d'amour ? Il y a dans toutes ces propositions matière à créer, changer, transformer ce qui tend à l'être. En ce moment, bien des choses changent, et chacun est conduit à faire un choix : celui du côté qu'il choisit de créer, celui de l'unité ou celui de la séparation. Parce que ici sur Terre, les choses doivent changer, mais dans la matière. Cela suppose donc que nous sommes dans un temps où nos pensées doivent donner vie à des actions. J'ai envie de dire "le plus tôt sera le mieux", aussi, à coeur vaillant rien d'impossible. Celui qui est prêt vivra les évènements successifs qui permettront ce changement.


Ce changement commencera par Soi, et dans le même temps le moi sera ramené à sa juste proportion. Le Soi accompli pourra s'ouvrir à l'autre, et si l'autre est tout aussi accompli, ainsi pourra se faire la création. Le Un associé à l'Un par l'unité donnera l'UN-divisible. Ainsi naitra la véritable flamme jumelle, concrétisant alors ce qui n'était qu'espoirs et pensées. De cet équilibre naitra la force de création du couple, qui au lieu d'être souffrante et remplie d'attentes, ne sera devenu que créations concrétisées, au bénéfice du plus grand nombre.

On ne changera pas une humanité de 8 milliards d'individus sans se changer soi-même.

Aujourd'hui tout est promis à celle ou celui qui veut aller dans cette direction. Les outils sont nombreux, bien que tous ne soient pas aussi utiles à tous. Chacun est unique devra choisir la voie et l'aide qui lui convient le mieux.

À suivre...

77 vues

*Le magnétisme, comme l'énergétique sont soumis à des prérequis sans lesquels l'efficacité est amoindrie. Ils ne dispensent pas, en outre, d'un suivi médical régulier.

  • Facebook - Black Circle

Retrouvons-nous sur Facebook