L'Homme et la Nature

Mis à jour : avr. 16

Je prends ce matin le clavier, avec un intime espoir que je garderai en moi, pour ne pas influencer. Je suis cet homme qui chaque jour marche sur la terre. Je suis cet homme qui dit ce que tant ne voient plus, tant cela semble risible. Marcher sur la terre, oui, c'est drôle. C'est aussi drôle qu'affirmer que cette terre qui accueille plus de 15 milliards de pieds leur donne une énergie de vie. C'est aussi drôle que de penser qu'un arbre est important, ou qu'une abeille, une toute petite abeille, porte le destin de l'humanité. Absurdité ! Une abeille de plus ou une abeille de moins, après tout… Qu'importe ? Oh et puis un arbre, imaginez donc la place que prend un arbre au nouvel écosystème humain ! Tous ces insectes motorisés qui se voient privés de places de parking, c'est proprement scandaleux. Alors, coupons les arbres, pour des places de parking, pour des fouilles pétrolifères ou pour construire des immeubles, oui, coupons les arbres. Quant aux abeilles, ces insectes qui piquent et qui font mal, à quoi bon nous en préoccuper ? De toute façon, l'espérance de vie d'une abeille est si courte qu'elle sera bien vite remplacée par une autre… Ou pas, d'ailleurs. Après tout, on s'en fout, parce que Google a déjà la solution avec ses abeilles robots. Il y a toujours une solution technique à tout problème créé par l'homme.

"Ces solutions sont l'expression du brio de l'intelligence humaine. La nanotechnologie, l'électronique, les réseaux, le sans-fil, toutes ces choses sont si belles dans l'univers !"

On saurait absolument tout reproduire de nos jours. N'en doutons pas. Nous avons tant et tant progressé que la nature pourrait s'effondrer que cela ne serait pas un problème. Nous savons cultiver des légumes en dehors du sol, sans aucune terre. Nous savons créer des végétaux résistants aux maladies, et qui n'épuisent pas leur énergie à permettre leur duplication. Aujourd'hui, un grain de maïs se contente de produire du maïs, le reproduire n'est plus sa préoccupation. Du bon grain, "One Shot"… Imaginez-vous : des fois qu'un agriculteur se lève un matin avec l'étrange idée de replanter ce que la nature a elle-même dupliqué… Reconnaissons quand même le pouvoir de l'homme : recréer ce qu'il s'est lui-même appliqué à détruire, durant toutes ces années de croissance économique et technologique. "L'évolution mon bon monsieur, l'évolution ! Pourquoi s'encombrer d'un insecte qui pique et qui fait mal, alors qu'un nano robot peut le faire très bien, avec une durée de vie bien plus grande ? En plus, comprenez bien que ce robot-là sera bien plus rentable que l'insecte lui-même !". (1)


Oui, comprenons bien que la productivité est le maître mot de cette civilisation dont nous sommes issus. Alors, allons-y vers les nano-robots, puisqu'il doit en être ainsi. N'attendons pas que ces robots produisent du miel, tout comme le maïs, ce n'est pas ce qu'on leur demande. D'ailleurs, nous voyons déjà de nos jours que les abeilles sont inutiles à cela. Un peu d'eau et du sucre de betterave modifié suffisent pour produire du miel, et en plus, nettement moins cher le miel. Je ne voudrais pas oublier, bien sûr, la sacro-sainte économie de marché, la Reine mère de tout avenir humain. Car c'est elle qui nous sauvera de l'extinction. Oui, l'extinction est proche, car comprenez-vous chez amis que vous réchauffez la planète ? Comprenez-vous qu'avec vos habitudes de vie, vous réchauffez la planète ? À cause de vous, les températures montent, les espèces disparaissent, le taux de carbone dans l'atmosphère explose. Vilains peuples de consommateurs. Ok, certes, oui, admettons, on consomme un peu comme des cons (pardon pour l'expression).


Attendez une seconde… Nous consommons ? Nous consommons quoi ? Du miel de Chine, des fruits et des légumes venus d'ailleurs, produits à grands coups de pesticides et d'engrais. Plus l'économie se développe, plus nous voyons se réduire les moyens de production naturels. J'entends par naturels tous les moyens de production qui se contentent d'exploiter la nature dans le respect de ce qu'elle sait faire, à son rythme et selon ses seuls besoins.

Nous nourrissons une civilisation qui s'est développée sur l'économie de marché et non plus sur celle de l'humanité.

Une économie ciblée sur les seuls ratios de rentabilité, prête à détruire en quelques jours ce que la nature a mis des dizaines d'années à créer. Besoin d'un parking pour les voitures ? On rase les arbres. Besoin d'un complexe hôtelier ? On rase les arbres. Un seul tampon au bas d'un papier suffit mon bon Monsieur, alors voyons cela au prochain conseil municipal. Rasons les arbres, et rasons l'écosystème tout entier. Recouvrons de macadam et de béton, pour bien isoler la terre. Après nous verrons passer les eaux, en de furieux torrents et inondations, puis nous nous plaindrons de cette météo sans dessus ni dessous. Plus de terre à l'air libre, plus d'herbes qui grattent les chevilles, plus de fleurs, plus d'abeilles, plus d'insectes, plus de vers de terre, juste du béton et du bitume. Faisons le bilan juste un instant sur tous les bénéfices liés à l'urbanisation : on coupe des arbres (2), on viabilise, on construit des immeubles et des logements, des parkings et des espaces que l'on dit verts, sur une terre stérilisée.


On y plante des arbres qui ont de plus en plus de mal à pousser, car la biodiversité a de plus en plus de mal à créer les échanges qui conduisent au développement de la vie. Peu à peu, moins d'arbres, moins d'ombre, moins d'oxygène dans l'air, mais aussi moins d'oiseaux. Les oiseaux, ça fait du bruit, ça réveille le matin et ça piaille, puis on entend plus la télé dans la journée… Moins de champs disponibles aussi, mais qu'importe, on pousse la terre à produire vite. On élève plus les poulets, on les fait pousser à grand coup d'engrais. On a fait manger de la viande à des bovins, on pêche des poissons sauvages pour nourrir des poissons d'élevage, les vaches produisent 10 à 15 fois la quantité de lait que la nature a prévu. Les blés poussent vite et haut, et meurent vite et bien. On interdit les semences qui ne proviendraient pas d'un catalogue commercial, sous le fallacieux prétexte de la santé des consommateurs.(3)

Une santé qui se dégrade, de décennie en décennie, subissant des maladies de plus en plus liées au manque d'énergie vitale dans les corps humains.

On sait, et on ne fait pas rien. On fait ce qu'on peut, pour tenter d'éviter tout cela. On râle, on fait des collectifs de sauvegarde. Certains s'attachent aux arbres pour éviter la coupe, mais les forces de l'ordre ne laissent jamais cela bien longtemps. Le politique arrive toujours à ses fins, dans l'intérêt qu'il dit être collectif. Le parking sera bien noir et rutilant, bardé de bandes bien blanches. L'été au bord de l'amer il sera rempli, l'hiver il sera bien vide. Vide d'oiseaux, vide de vie. Tout comme nos corps dont les deux pieds touchent encore le sol, pour un temps.


La bonne nouvelle est que l'on peut tout remplacer. On peut remplacer les arbres par des parasols, pour l'ombre, même si le parasol ne produit pas d'oxygène. On peut remplacer les abeilles par des robots, pour la pollinisation, même si le robot ne produit pas de miel. On peut remplacer les nuages par des épandages, même si la pluie qui en résulte est contaminée.

L'homme a déjà monnayé trois des quatre éléments vitaux pour lui.
  • Il a monnayé la terre, et plus le temps passe, plus le droit à faire pousser pour soi et par soi est restreint par les lois. (3)

  • Il a monnayé l'eau, et plus le temps passe, plus l'eau devient un problème sur la planète. Parce que l'eau du ciel est polluée, il faut bien payer pour la décontaminer. Parce que l'eau de la mer est contaminée, il faudra bien payer un jour nos actes passés. Ce débat-là a bien été détourné, par les nombreuses attaques récentes sur l'ex-PDG de Nestlé. Parce que le problème vient plus des choix politiques à l'échelle internationale et locale, que de l'opportunité ainsi offerte aux industriels de monnayer de l'eau décontaminée recontaminée… (4a et 4b)

  • Il a monnayé le feu, et plus le temps passe, plus le cout de l'énergie pour se chauffer est élevé. N'allez pas vous imaginer vous chauffer par la cheminée, il n'y aura bientôt plus de bois, et la fumée "c'est mauvais pour le réchauffement climatique". Ce n'est pas totalement faux d'ailleurs, et une fois de plus les problèmes d'accès à l'énergie ne sont que le fruit des décisions politiques internationales, et des blocages de plus en plus évidents concernant l'accès à certaines sources énergétiques et moins couteuses. À l'heure où j'écris ces lignes, nous sommes en plein épisode de canicule. Cela pourrait peut-être faire oublier ce que vit la planète actuellement, et qui se passe dans l'Océan. L'AMOC (5) régresse, et de chaleur nous pourrions bien avoir grand besoin dans peu de temps. D'argent il ne faudra donc pas manquer, pour espérer se chauffer.

  • Il ne reste plus à l'homme qu'à monnayer l'air, ce qu'il commence déjà à faire. Parce qu'il y a des gens aisés qui achètent déjà de l'air pur en bouteille… et d'autres qui le vendent. (6)

Avec le temps, la vie est remplacée par l'argent, tout simplement. La vie et les droits qui lui ont été naturellement attribués seront de plus en plus étroitement liés à l'argent. Ai-je raison ou ai-je tort ? Pensez-vous que cela soit le sujet ici ? Il vous est possible de contester, d'argumenter, et même de détourner le sujet de fond, parce que chacun est libre. Faut-il donc avoir à se battre contre tout cela ? À chacun de voir, en sa propre conscience choisir les âmes ou les larmes. Une chose me semble évidente : l'humanité est dores et déjà scindée par les choix de ceux qui ont été élus pour décider ce qui est bon pour eux et ce qui est bon pour nous. Force est de constater que le collectif de l'humanité ne veut plus dire grand chose pour ceux qui ne considèrent la nature que comme une simple et inépuisable ressource financière.


(1) https://www.rtl.fr/actu/futur/bientot-des-robots-pollinisateurs-pour-remplacer-les-abeilles-7792653435

(2) http://m.lamarseillaise.fr/marseille/flash/72792-marseille-l-abattage-des-arbres-de-la-plaine-a-commence?fbclid=IwAR1aa9xZgi-NLosWrxvWJ7HeN6xElGAVVKRyCxx-ByosJRvMlDrBynI_GKA

(3) https://www.lemonde.fr/planete/article/2011/11/29/pour-les-agriculteurs-ressemer-sa-propre-recolte-sera-interdit-ou-taxe_1610778_3244.html

(4a) https://www.lemonde.fr/culture/article/2012/09/11/nestle-et-le-business-de-l-eau-en-bouteille_1757464_3246.html

(4b) https://www.20minutes.fr/planete/2260843-20180425-video-nestle-citation-polemique-ex-pdg-eau-refait-surface-13-ans-plus-tard

(5) https://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2018-05-02/affaiblissement-du-gulf-stream-quelles-consequences-sur-notre-climat-47123

(6) http://www.rfi.fr/ameriques/20151225-air-pur-canada-vendu-bouteille-chinois-pollution-pekin-vitality-air

*Le magnétisme, comme l'énergétique sont soumis à des prérequis sans lesquels l'efficacité est amoindrie. Ils ne dispensent pas, en outre, d'un suivi médical régulier.

  • Facebook - Black Circle

Retrouvons-nous sur Facebook