L'âme, voyage aux confins de nous-mêmes

Mis à jour : avr. 16

Nous sommes réunis par cette vidéo, non pas pour croire collectivement à une idée, mais pour ouvrir à de nouvelles idées. L'Âme, tout le monde en parle, mais qui la connaît réellement ? Qui peut ici affirmer que sa perception de son âme n'est finalement pas qu'une projection mentale et intellectuelle ? Alors comme introduction je voudrais parler un instant des origines du monde. Je précise que toute information qui sera transmise ici ne le sera que sous le sceau du partage, et en conséquence aucune ne saurait être privée de votre seul discernement. La Vérité est en haut, la réalité est en bas.


"Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut,

ce qui est en haut est comme ce qui est en bas."

Le KYBALION


Je pars de cette phrase contenue dans un texte hermétique. Précisons que Hermétique ne signifie pas uniquement ce qui est fermé. Hermétique signifie aussi qui est issu d'Hermès, aussi appelé Trimégiste (ou le trois fois grand, grand en haut, grand en bas, grand au milieu) par les Grecs. Il a aussi été appelé Thôt par les égyptiens, ou Mercure par les Romains. D'jouty, son nom égyptien signifie le dieu du langage, du verbe, mais aussi de la connaissance. Sa représentation hiéroglyphique le montre souvent avec une tête d'Ibis, muni d'un stylet et d'une tablette.


Qui cherche à découvrir la magie de l'âme se présente face à la connaissance, et à tout ce qu'elle suppose… Comprendre que tout est relié est la clé pour tout chercheur de vérité.

Nous vivons dans un monde double, à la fois visible et invisible. Ce monde est de multiples parties, toujours doubles. Il est matière et non matière. Palpable et impalpable. Magnétique et électrique. Féminin et masculin. Même si le but de cette vidéo n'est pas de comprendre les fondations de l'Univers, elle nous amène toutefois à nous interroger sur la raison de la création des âmes dans ce processus de création immensément vaste que représente le "TOUT". En quelques mots, qu'est-ce que le TOUT ? Le tout est INCONNAISSABLE, et de ce fait INDÉFINISSABLE. Il est constitué de toute chose, toute manifestation, toute idée, toute matière, tout savoir existant en ce monde et en l'Univers. Tout est à la fois le créateur et le créé.


Le tout est issu de lui-même, et rien qui ne soit présent en vous et en dehors de vous, visible ou invisible, connu ou inconnu de vous, ne peut être prétendu non issu du TOUT. Certains l'appelleront Dieu, d'autres la Source, d'autres Brahman, d'autres encore Allah… Si tout est issu du TOUT, et que TOUT s'est créé lui-même, comment l'a t'il fait ? Il n'a pu le faire que par la pensée que nous appellerons le MENTAL DIVIN, puisque au commencement il n'y avait rien de matériellement créé. On peut donc considérer que TOUT a tout créé à partir de lui-même, et c'est ce qui est dit dans un texte connu sous le nom de Prologue de l'évangile [ écrire sur écran Jean par Augustin Crampon (rédaction: 1864; édition: 1894)]


"Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu."

Entendons ici que le verbe est l'expression de la connaissance, et donc la création par la connaissance, mentale. Dieu créa la matière par l'énergie de sa pensée, en exprimant la connaissance qu'il avait de lui-même, et que l'on peut définir par LA VIE. Selon des principes liés à l'Univers, le TOUT est infini. Nous comprenons qu'il s'est ainsi créé, sans limite dans l'espace et dans le temps, pour croitre, et faire croitre la vie. C'est ainsi que les âmes peuvent être vues, comme Source de l'énergie vitale, issues du TOUT, pour propager et expanser la vie.


Je voudrais ajouter ceci : Si LE TOUT est tout, tout n'est pas LE TOUT. De la même manière, faisons la distinction entre l'énergie vitale du TOUT, et l'énergie vitale de l'âme, car si LE TOUT est toutes les âmes issues de lui-même, l'âme n'est pas le TOUT, mais une partie du TOUT.


Nous en arrivons à la notion de vie. Une enseignante me posa un jour la question :

Si vous demandiez à un médecin ce qui vous fait vivre, il répondrait probablement : "votre coeur qui bat". puis elle ajouta : "Oui mais alors, qu'est-ce qui fait battre le coeur ?…"


Il y a parmi vous des mamans, et ce qui va suivre peut-être, vous parlera.

Lorsque vous avez porté en vous votre (ou vos) enfants, vous avez immanquablement vécu le moment des premiers mouvements dans le ventre. Avant cet instant, point de mouvement, après ce premier mouvement, la vie… Qu'est-ce qui peut bien avoir permis ce mouvement, si ce n'est l'énergie de vie, et donc l'entrée de l'âme dans le siège de sa conscience corporelle ? Cela s'est produit entre le 4 ème et le 5 ème mois, et cela est vrai pour tout le vivant de cette planète. Sans âme, point de vie, sans vie, point de création dans la matière, et sans création dans la matière, point de corps…


Générations des âmes


Nous en arrivons aux générations des Âmes, et veuillez noter que nous employons bien le pluriel. Car il y est question, ici, de plusieurs générations, mais aussi de la génération en tant que création. Rappelons-nous, ce qui est en bas est comme ce qui est en haut ! Partons donc de ce qui est en bas, votre génération charnelle.




Nous trouvons, vous l'aurez rapidement compris, au-dessus de vous, vos parents. Ils sont au rang 2. Au rang 3, au-dessus, vos grands parents. Au rang 4 nous trouvons vos arrières grands-parents. Nous remontons ainsi jusqu'à la Source de votre génération, que je défie quiconque de me donner…


Concrètement, si nous remontons dans votre lignée, nous remontons le temps. Si nous pouvions retracer toute votre lignée, nous en arriverions probablement à frôler la très belle histoire d'Adam, et donc de la lignée Adamique. Adam est le première homme à avoir été doté d'une âme. Cette âme a été voulue inviolable, et pourvue à cet effet de la connaissance, ou de la conscience, pour se protéger. Osons simplement un simple aparté pour souligner qu'il semble avoir bien existé une lignée pré-adamique, non pourvu de cette capacité de protection, ou de ces "sécurités" qui peuvent rendre nos âmes inviolables. Tout thérapeutes holistiques sait, comme fondement à tout ce qu'il représente, que nulle âme ne peut être "violée", dans le sens de détournée de son chemin souverain, décidé par elle-même. Si quelqu'un venait à user d'un quelconque pouvoir pour le faire, cela aurait de fâcheuses conséquences. Qu'est-ce que ce verrou, cette protection ? Notre conscience, ou plutôt nos consciences, associées à notre intellectuel forment la serrure. La clé ? Notre discernement.


Le discernement est l'équilibre entre la conscience intellectuelle et la conscience spirituelle, contenue dans le coeur, et nourrie par l'âme… Là est le plus grand verrou qui soit, et notre présence en ce monde est pour certains cette recherche de Vérité qui conduit à l'épanouissement de l'âme, dans la liberté et dans la sécurité. Une liberté qui pourtant est de moins en moins présente en ce monde.


Revenons à la génération de nos âmes, et suivant le principe de ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, inversons (puisque tout est inversé vu d'en haut).




Nous retrouvons la même structure de générations pour les âmes. Nous avons une âme Source, que certains appellent l'oeuf cosmique et que nous pouvons nous imaginer comme une matrice originelle. Appelons-la l'Âme mère. Toutes les âmes créées se dupliquent, selon le principe cellulaire de la matière destinée à accueillir la vie. Nous retrouvons ici la symbolique Yin Yang, archétype divin de la vie dans la matière, elle-même créatrice de vie.


Nous comprenons ainsi que la génération des âmes s'est perpétuée dans la matière, suivant un plan logiquement inversé, bien que similaire. Car si nous remontons les lignées karmiques comme nous le faisons avec nos lignées familiales, nous remontons dans le temps. Ce qui fait le lien entre nos deux dessins est le croisement des lignées karmiques, et le fait que des âmes issues d'une Source identique, ou différente, se réunissent pour mener à bien ce que l'on appelle des contrats d'âmes, en parcourant ce que l'on appelle des chemins de vies…


Vous aurez peut-être compris qu'il y avait plusieurs lignées d'âmes, et nous pourrions même avancer des milliers, pour suivre la définition qu'en a fait Marie Lise Labonté dans son livre les familles d'âmes. Nous vous invitons à lire cet ouvrage pour en savoir plus sur les différentes familles, leurs fonctions et leurs buts dans l'incarnation. À seul titre de documentation, nous vous donnons ici le nom de ces familles. Ces treize familles d’âmes sont les suivantes : les maîtres, les guérisseurs, les guerriers guérisseurs, les enseignants guérisseurs, les guerriers, les chamans, les alchimistes, les communicateurs, les enseignants, les passeurs, les initiateurs de conscience, les piliers et les mécaniciens.


Liens d'âmes

Chaque famille d'âmes possède sa propre fonction. Elle compte des milliers d'âmes qui sont réparties suivant des positions qui varient, du centre de la cellule familiale à la périphérie. Plus on s'approche du noyau (nucléus) de la cellule, plus les âmes sont denses. Dans le nucléus, nous avons affaire à ce que Marie Lise Labonté évoque comme étant des âmes soeurs primordiales. Hors du nucléus, des âmes jumelles, des âmes doubles et des âmes soeurs. Personnellement, je parlerais plutôt de flammes jumelles universelles, de flammes jumelles, d'âmes jumelles, et d'âmes soeurs. Les différences sont notoires. Tout ceci pour dire qu'il existe des liens entre les âmes. À quoi peuvent donc bien servir ces liens ? À SERVIR LA SOURCE, donc l'énergie divine, donc à faire le jeu de l'équilibre, et du déséquilibre. Tout ce qui s'avère destructeur pour la vie fait partie de ce monde. Il s'agit simplement de comprendre que la marque de la création divine est l'ordre, et l'équilibre. Lorsque la destruction a pris le pas sur la création de la vie, cela engendre obligatoirement une compensation, un retour à l'équilibre. Des âmes font le choix de l'ombre, il faut le comprendre ici. D'autres font le choix de la lumière, nous le comprenons aussi, car tout est double, à l'image de yin et yang. Les liens d'âmes sont créés pour permettre la transformation de la matière, du réel, par le sens de la vérité, et de l'équilibre qu'elle suppose. Au niveau humain, l'incarnation est la règle du jeu, le monde est le plateau du jeu, et l'homme (ou la femme) le pion qui suit les règles sur le plateau. Il s'agit donc d'un immense jeu de rôle dans lequel chacun doit atteindre son propre objectif, qui contribuera aussi à celle de sa famille. Le TOUT ayant tout créé, cela suppose qu'il a aussi créé l'ombre (Faire différence avec le sombre), le mal comme le bien. Chaque âme aura son choix à faire, entre le bien et le mal, pour parvenir à l'état de paix originel de sa Source. Certaines âmes ont donc fait le choix de se mettre à l'épreuve, d'autres de s'accompagner, et tout cela se fera dans le sens de l'ordre à rétablir, donc de l'équilibre global, dans un groupe, dans une ville, un continent, un monde, et dans l'univers.


Communication avec l'âme

Nous l'avons vu, l'âme est le lien à l'énergie cosmique. Elle est la part yin de l'énergie de vie, venue en nous pour permettre la vie consciente. La part yang de cette même énergie est l'énergie tellurique, que nous recevons de la planète elle-même. Il serait très heureux de considérer que nos pensées sont ce que nous appelons notre âme. Pourtant non, et ce serait trop simple. Partant du principe que chaque incarnation est engagée pour progresser vers la sagesse et la connaissance, tout ce qui n'est pas compris en ces termes doit être compris. Cela ne peut donc se faire que par des choix du mental qui vont nous conduire à faire des expériences plus ou moins douloureuses, voire souffrantes. Existe t'il des peines ou des blessures là-haut ? Les douleurs sont terrestres, elles sont du plan de la densité. Elles peuvent être physiques ou psychologiques, dans la matière comme dans le subtil. Les unes engendrent les autres, et cela passe par le corps émotionnel. Ce corps émotionnel est l'énergie de communication entre le corps, le mental et l'âme. L'âme perçoit donc nos souffrances, et les vit également. Nous comprenons ici qu'il est nécessaire de comprendre nos douleurs pour qu'elles n'embrasent plus notre corps émotionnel. C'est ainsi, qu'à défaut de recevoir certaines souffrances, l'âme en est libérée. Il ne suffit pas de décider de ne plus souffrir pour que notre âme ne souffre plus… Il faut conscientiser ses souffrances, les étudier pour les comprendre, et en finalité SAVOIR, c'est à dire ne plus reproduire les circonstances, ou les actions qui nous conduisent à ces souffrances. La connaissance n'est pas le savoir, la connaissance est mentale, le SAVOIR est du domaine de la pleine conscience de la chose.

C'est en raison de ce flux d'énergie permanent que transitent les informations de la matière jusqu'au subtil. À chaque situation vécue correspond une réaction subtile. Si cela a déjà été vécu, mais non compris, il est inévitable que cela sera revécu, cela est vrai à l'échelle d'une incarnation, comme de nombreuses incarnations. Cela s'explique simplement par le fait que l'âme possède le pupitre de télécommande, et que tant qu'elle recevra des signaux de souffrance, elle répètera le processus non compris. C'est ce que l'on peut appeler dans le monde du réel la loi des séries. Il suffit simplement de s'interroger sur le pourquoi de ces séries répétitives pour peut être comprendre que quelque chose doit être observé. Le point central de tout ceci est le coeur, car le coeur est le chakra équilibreur dans le corps matière, mais aussi dans le corps émotionnel.


Blessures de l'âme

Je voudrais vous lire ici un extrait d'un texte ancien issu de la bibliothèque de Nag Hammadi.


"Les sages qui nous ont précédés ont nommé l’âme d’un mot féminin, et dans la réalité aussi, elle est femme par sa nature ; elle est même dotée d’une matrice. Aussi longtemps qu’elle est seule auprès du Père, elle est vierge et de forme androgyne ; mais lorsqu’elle tomba dans un corps et vint en cette vie, elle tomba au pouvoir de nombreux brigands et les violents se la passèrent l’un à l’autre et la [souillèrent]. Certains la prirent par violence, d’autres en la séduisant par un cadeau illusoire. Bref, elle fut souillée et [perdit sa] virginité. Elle se prostitua dans son corps et se livra à tout le monde, pensant que celui auquel elle va s’enlacer est son mari.


Après qu’elle se fut livrée à des amants adultères, violents et infidèles pour qu’ils usent d’elle, elle sanglota beaucoup et se repentit. À nouveau, après s’être détournée de ces amants, elle court vers d’autres qui, comme des maîtres, la forcent à habiter avec eux et à les servir dans leur lit. À cause de la honte, elle n’ose plus les quitter, car ils lui font illusion comme s’ils étaient de vrais maris fidèles qui la respecteraient beaucoup. Et à la fin de tout cela, ils la quittent et s’en vont.


Elle, alors, devient veuve, pauvre, abandonnée, sans secours, sans même une oreille pour (l’écouter et la) sortir de son affliction, car elle n’a tiré d’eux que les souillures qu’ils lui ont transmises en s’unissant à elle. Ceux qu’elle a engendrés des adultères sont sourds et aveugles, débiles et faibles d’esprit.


Mais si le Père d’en haut la visite, qu’il abaisse sur elle son regard et la voie sangloter à cause de ses passions et de sa disgrâce, se repentir de la prostitution à laquelle elle s’est livrée et commencer à invoquer son nom pour qu’il la secoure [sanglotant] de tout son cœur en disant : « Sauve-moi, mon Père ! Car vois : je vais te confesser [que j’ai quitté] ma maison et me suis enfuie de ma chambre virginale. Tourne moi à nouveau vers toi ! » ; s’il la voit dans cette disposition, il la jugera digne de miséricorde, car nombreuses sont les afflictions qui ont fondu sur elle parce qu’elle a quitté sa maison. "


Il s'agit là d'un texte ancien, et très souvent les anciens fonctionnaient par image. Cela nous indique que l'âme est de nature féminine, créatrice, mais créatrice de quoi ? De sa propre vie, de sa propre transmutation. Ce texte propose une approche sexuée de l'âme, mais pas uniquement. Il nous laisse également un goût amer, utilisant des paroles telles que prostituée, matrice, adultère. Certes, les mots sont durs et difficiles, mais du plan des spirituels de ce temps (entre 300 et 500 après JC), l'image leur semblait parlante. Ne nous arrêtons pas à la similarité entre l'âme et la femme qui transparaît de ce texte, considérons que cela est fait pour choquer, interpeller. Ceux qui ont souillé l'âme, ce sont les corps, mais également les autres âmes incarnées. Il est question dans ce texte des nombreuses blessures que l'âme va subir. Nous allons souligner les actes de violence physique, l'humiliation de la femme trompée, la femme abandonnée, la solitude, et même les douleurs inhérentes à la surdité de la propre famille d'âmes. Il y est question de cadeaux et d'illusions, en d'autres termes de séduction et de perversion de l'âme. Il y est question de viol. Comment une âme peut-elle être violée ? Sans son consentement, par tromperie. Cela est bien ce que nombre d'humains vivent en ces temps. Ils vivent la tromperie, de leur entourage, mais aussi des pouvoirs qui les asservissent, qui leur mentent, et qui les affaiblissent. Ce texte, aussi violent puisse-t'il paraître, nous parle des blessures de l'âme, du retour à sa conscience et à son créateur, et enfin de sa repentance.


Les 5 blessures de l'âme

L'abandon, Le rejet, L'humiliation, L'injustice, La trahison

Je vous conseille la lecture du livre de Lise Bourbeau "Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même" qui aborde dans le détail les blessures que nous abordons ici. Nous en sommes actuellement à un stade de l'évolution de l'humanité qui nous porte à nous interroger sur son devenir. Vous rappelez-vous de l'année 2012 et de son cortège de théories sur la fin du monde ? Le calendrier Maya qui s'arrêtait à cette année-là fût la source de bien des interprétations. Nous le voyons, le monde ne s'est pas arrêté, ni d'être, ni de tourner. Les mayas, comme bien d'autres civilisations, connaissaient les étoiles. Leur calendrier s'arrêtait tout simplement à la fin d'une ère cosmique que l'on nomme l'ère des poissons, du signe zodiacal. Tous les 2000 ans environs, nous quittons une ère pour entrer dans une autre, et actuellement nous transitons de l'ère des poissons à l'ère du verseau. Cette nouvelle ère est d'énergie féminine par essence, l'énergie qu'elle transmet à notre monde du vivant est féminine. L'image du verseau qui verse l'eau de sa cruche est typiquement représentative de ce que vivent de nombreux humains. En alchimie, l'eau est de nature Yin, elle représente aussi les émotions (les larmes sont de nature liquide). Nous entrons donc dans une ère cosmique qui nous pousse à purifier nos émotions, à équilibrer les énergies terrestres, par trop masculines, et à sortir ainsi d'un paradigme qui arrive en fin de course. Toutes les âmes aujourd'hui incarnées vivent ce grand changement, que chacun peut voir à son humble niveau. Le monde va changer, comme il a déjà changé de multiples fois dans l'histoire de l'humanité.


C'est pour cela que de nombreuses personnes semblent de plus en plus mal à l'aise dans leur vie. Nos âmes nous poussent à purifier nos karmas, à comprendre, à explorer l'intériorité pour aligner toutes les parts de nous-mêmes, corps, mental, intellect, âme. Nous sommes poussés à devenir ce que nous sommes en vérité, et non plus dans l'apparence de la réalité.

Le karma est tout aussi actif sur le plan des individus que sur le plan de l'humanité. Nous portons tous collectivement le karma de nos ancêtres, et cela nous entraîne à ne plus agir comme nous le faisions inconsciemment jusqu'ici. Nous sommes appelés à comprendre ce qui dans notre temps continue de nous mettre à genoux de façon cyclique et récurrente. Aujourd'hui, tout ce qui n'est pas vertueux pose problème, tout ce qui ne contribue plus en même temps à notre bien être comme à celui du collectif entre en résistance avec les énergies ambiantes. Nombreux sont ceux à ressentir ce besoin d'une vie plus vertueuse, plus en conformité avec la nature, avec l'amour de la vie. Nous travaillons donc tous ensemble, individuellement, pour faire changer les choses, en commençant par nous. Cela nous aidera à résoudre ce karma vieux comme le Monde, si nous y parvenons un jour.


Vie & mort

Question : qu'est le contraire de la mort ?

La vie n'a pas de contraire, manifestement. Pourtant, tout à son contraire dans ce Monde, ou plutôt dans les différents mondes. Le contraire de la mort est la naissance, pas la vie. La vie est unique, et elle a un but : expérimenter l'ombre et la lumière, pour que l'âme obtienne peu à peu le savoir par l'expérience. La finalité de ce chemin est de savoir faire en conscience le choix de l'ombre ou de la lumière, du bien ou du mal. L'âme n'a que ce moyen qu'est la vie, pour expérimenter. Nous faisons tous l'expérience de cela, dans cette vie-ci, comme dans les précédentes. À la fin de cette vie, nous allons seulement vivre quelque chose de différent, qui ne sera pas le contraire d'elle-même. Parce que l'énergie de vie est l'âme, et que l'âme ne s'arrête pas, la vie ne s'arrête pas après que le corps se soit éteint. La mort est la mort du corps, et peu importe que l'on soit croyant ou pas, la bonne question à se poser pourrait être celle-ci : quel effet à notre croyance sur notre vie ? Si on ne croit pas en la dissociation de la vie et de la mort, comment vit-on notre vie, si ce n'est dans la peur de mourir ? Qu'engendrent les peurs ? L'activation des blessures, car il s'agit là d'un cercle non pas vertueux, mais vicieux. Les blessures engendrent les peurs, les peurs activent les blessures. Tant qu'il y a des blessures, il y a des peurs, et tant qu'il y a des peurs, l'âme est en souffrance. À l'issue de la vie du corps, continuera celle de l'âme, et dans le passage de l'au-delà, elle ira en quelque sorte dresser le bilan de son vécu. Celles et ceux d'entre-vous qui ont lu "L'Alchimie de l'âme" en ont eu une approche romancée.


Pourquoi sommes nous ici ?

Tout d'abord pour incarner notre âme. Je pourrais dire aussi pour manifester notre âme dans ce monde de densité.

"Tant que vous n'aurez pas rendu l'inconscient conscient, il dirigera votre vie et vous appellerez cela le destin." Carl G. Jung

Il est abondamment reconnu dans le monde de la psychologie que notre inconscient est aux commandes de nos actions et de notre vie, pour une part bien plus importante que notre conscient. Peut-être y a t'il dans cette idée le fait que l'âme, se loge dans l'inconscient, une âme qui n'est durant un temps de la vie, pas conscientisée. Notre âme n'est pas une étrangère, elle est la Source de nos savoirs, notre maître intérieur. Elle est la partie la plus enfouie de nous, celle qui sait.

Que sait-elle ? Elle sait le chemin que nous recherchons, elle sait quels sont les pièges, les échauffourées, les voies sans issues, que nous prenons empruntons malgré tout. À vivre notre vie sans joie, nous envoyons un signal à la partie la plus subtile de nous, qui est un message de douleur, de peine, de tristesse ou de souffrance. Ces choses-là sont incompatibles avec une âme incarnée, et c'est au travers des expériences que nous arriverons, ou pas, à comprendre le fait que nous avons le pouvoir sur notre vie. Notre contrat d'incarnation ne peut qu'être la destination. Peut-être peut on penser que ce contrat stipule que nous devons être plutôt ceci ou plutôt cela. Maçon, peintre en bâtiment, infirmier, médecin ou psychologue, écrivain, sculpteur, peintre ou musicien, tout cela n'est pas important. Ce qui importe est l'aspect vertueux de la vie, ce qui, quel que soit le métier que l'on fait, nous inspire, en inspirant le monde autour de nous. Le contrat d'âme n'a que faire de l'idée que l'on se fait de la réalité, du moment que cette idée est véritablement ressentie à l'intérieur de nous comme étant notre chemin. Si notre vie nous remplie de joie en rayonnant sur le monde, il se pourrait que le contrat soit rempli…

33 vues

*Le magnétisme, comme l'énergétique sont soumis à des prérequis sans lesquels l'efficacité est amoindrie. Ils ne dispensent pas, en outre, d'un suivi médical régulier.

  • Facebook - Black Circle

Retrouvons-nous sur Facebook