Flammes jumelles, la vivance

Tout travail sur soi, qu'il soit vu comme du développement personnel ou comme le chemin de flamme jumelle, implique la notion de vivance. Je constate que bien souvent, au cours de mes rendez-vous, cette notion de vivance est mal comprise, ou tout simplement inconnue. J'ai donc trouvé utile d'aborder cette notion très simple dans une vidéo, et dans cet article.

La vivance est une perception émotionnelle vécue en Soi, donc à l'intérieur de soi, et en chaque instant de la vie. Nous disons émotionnelle, car les émotions sont ce qui nous permet la prise de conscience intellectuelle, mais pas uniquement. Les émotions sont connectées à l'âme, au corps, et à l'intellectuel, tout comme les trois autres consciences le sont aux trois autres. Je vous le rappelle, nous sommes une âme dans un corps, dotée d'un intellect et d'un corps émotionnel. Nous sommes faits de matière (le corps) et de subtil (l'aura). La partie invisible de nous comprends justement les émotions, l'intellectuel et le spirituel. Nous retrouvons la résonance de ces trois parties immatérielles de nous dans l'aura, avec le corps émotionnel, le corps mental et le corps karmique. Ce qui relie les auras en concordance avec le corps est le corps éthérique, le plus dense des corps subtils. Il y a donc tout autour de nous l'aura dont la fonction est de stocker l'énergie des consciences immatérielles, et nous voyons en cela un sens intérieur/extérieur. Une autre fonction de l'aura est de nous faire percevoir l'énergie extérieur, et nous voyons en cela un sens extérieur/intérieur. Autrement dit, nous sommes des antennes d'émission d'énergie, et de réception d'énergie.

La vivance est la reliance du vécu de toutes nos consciences, et cela passe par les émotions.

Nous vivons ce que nous ressentons, mais aussi ce que nous pensons (toujours au travers des ressentis), mais aussi ce que nous disons ou taisons (toujours au travers des ressentis), et enfin ce que nous faisons ou ne faisons pas (encore une fois au travers des ressentis). Ainsi, quand on ne dit pas sa vérité, nous éprouvons logiquement une émotion, qui nous dit au travers du corps que quelque chose est bloqué. Ainsi, quand on dit quelque chose que l'on a pas envie de dire avec le coeur, on le ressent, en toute logique, avec le corps émotionnel, et dans le corps.

Que se passe t'il alors ? Pourquoi est-il si difficile pour beaucoup d'êtres humains, de nature flamme jumelle, ou pas, pour que la vivance soit ainsi autant difficile à verbaliser ? Pour le chaser, il n'y aura aucun mal à dire "ça ne va pas !". Quand à exprimer la nature de l'émotion qui le conduit à dire cela, c'est encore autre chose. En admettant qu'il soit dans le mal être, la réaction habituelle du chaser à "ça ne va pas" est immédiate et tranchante : ce qui est source potentielle de désagrément est évacué, même si ce qui ne va pas est à l'intérieur de lui. J'ajoute que pour le chaser, la notion de proximité est à intégrer. Si la personne n'est pas dans la sphère proche, la réponse à la question pourrait être "en quoi ça vous intéresse ?!". Pour une personne proche, tout dépendra du climat, mais la vérité peut être exprimée car le chaser ne voit pas l'intérêt de mentir, pas plus que de raconter sa vie.

Une fois de plus, nous sommes dans la complexité et la subtilité inhérente aux flammes jumelles.

Pour le runner, il n'y aura aucun mal à dire "Tout va bien !". Quand à exprimer la vérité de la nature de l'émotion qu'il ressent, c'est encore autre chose. En admettant qu'il soit dans le mal être, la réaction du runner à la question "comment ça va ?" est vue au travers des filtres du faux self. Comment pourrais-je aller mal puisque je suis la joie, et que je veux en donner ? Pourtant l'émotion est vécue, mais pour plaire, ce qui est dit peut être différent de ce qui est ressenti. Le problème est que la joie est une émotion venue du coeur, et qu'elle se voit sur le visage. Si le visage n'exprime pas ce qui sort de la bouche, donc "Tout va bien !", c'est qu'il y a un problème de vivance, et donc de clairvoyance sur sa réalité émotionnelle.


Nous vivons dans une société conditionnée. Tout est sous condition, et qui dit condition, dit conditionnement. Il y a cette notion de bienséance que nous connaissons tous : il faut être bien, acceptable aux yeux des autres. Cela provient de plusieurs origines : conditionnements de société, le fameux "mieux vivre ensemble" qui passe par une armada de règles qui souvent intègrent les besoins des autres à l'exclusion des besoins de l'individu. Conditionnements religieux, ou spirituels, comme par exemple le new âge qui pose comme condition à tout amour la plus haute condition qui soit : qu'il soit inconditionnel… excluant de la même façon les besoins de chacun, besoins de sécurité et de structure yang. Conditionnements familiaux ou professionnels qui, lorsque se mélangent les nécessités du "rôle" professionnel, d'un thérapeute par exemple, et les besoins émotionnel non entendus, peuvent conduire à un refus ou un déni de soi.

Tous ces conditionnement ont pour effet de couper les liens entre les émotions et ce que l'on considère être la réalité et qui est conditionné pour éviter toute autre forme d'émotion que celle qui est imposée. Ainsi le new âge impose l'amour, et coupe ainsi les émotions plus négatives, et qui pourtant sont là pour nous protéger. Ainsi la société impose la solidité, la fermeté, et coupe ainsi les émotions d'amour. Seule la capacité à identifier ses ressentis émotionnels permet de naviguer dans cette mer et ses tumultes. Il s'agit de la vivance, de tous les jours avec le monde et au travers du monde, mais aussi avec l'autre, au travers de l'autre, et enfin avec soi, au travers de soi. Tout part de soi, car il s'agit là d'un processus d'individualisation nécessaire pour redevenir le seul et légitime créateur de sa vie. La vivance est importante, elle est une notion clé à partir de laquelle on peut travailler pour comprendre non seulement ses ressentis, mais aussi ses réactions qui ne sont pas issues du mental, mais des peurs.


Prenez soin de vous.

Denis

*Le magnétisme, comme l'énergétique sont soumis à des prérequis sans lesquels l'efficacité est amoindrie. Ils ne dispensent pas, en outre, d'un suivi médical régulier.

  • Facebook - Black Circle

Retrouvons-nous sur Facebook