Flammes Jumelles - L'ombre

Mis à jour : avr. 16

Qu'est-ce qui peut bien compliquer à ce point l'échange et la spontanéité dans un couple de flammes jumelles ? Tout de même, ce que nous ressentons dans le ventre, dans le coeur, dans tout le corps même, ne suffit-il pas à rendre la chose plus simple ? Non. Il y a ces "blocages", ces grains de sable qui parfois prennent l'allure de véritables blocs de granit. Cet article vient parler d'une chose toute simple, mais ne vous y trompez pas : elle est peut-être simple, mais elle est responsable de tous les blocages ! L'ombre, ou plutôt LES ombres sont responsables des blocages, des coups de grisou, des crises, et de la séparation.


Si on parvient à intégrer l'importance des ombres et leur effet sur notre vie, alors on comprend tout de suite pourquoi la séparation devient rapidement nécessaire. Si j'écris cet article à la suite de la vidéo, c'est vraiment pour vous ouvrir une porte que je pense majeure. L'ombre est aussi importante que la lumière, croyez-le ou non, c'est pourtant une réalité. Je vais parler de Lucifer que certains, à tort, confondent avec Satan. Lucifer est dans l'ombre et son nom signifie porteur (Fer) de lumière (Luci).


L'ombre est sous la lumière, et l'ombre est éteinte par la lumière.

Il y a donc là une phrase qui pourrait suffire à chacun pour considérer que la lumière est la solution, et ce serait juste. Il suffit donc de décréter que je brille de mille feux, que je suis la lumière aux yeux des autres, pour que l'ombre disparaisse… Malheureusement non. Au mieux allons-nous ainsi projeter de la lumière sur les autres et créer l'ombre chez eux. Parfois, nous aiderons, mais dans d'autres cas, cela ne serait que pur ego que de penser être la lumière.


L'ombre porte la lumière, prétendre ne plus en avoir est de l'ego, et cela ne peut qu'être faux, à mon sens. Nous avons tous des ombres intérieures, nous avons tous des peurs. L'idée n'est pas de les éliminer, mais de les dominer ou de les vaincre. La lumière extérieure ne peut pas faire cela. Aucune forme de lumière extérieure ne peut vaincre nos ombres, car elles sont la partie la plus profonde de nous-mêmes. Adhérer à une idée, un concept, une religion, ou une quelconque forme de spiritualité, mentalement, ne peut éteindre les ombres si cela est seulement décrété par le mental. Toute adhésion est vaine, ce qu'il faut c'est vivre et ressentir. Alors cela jaillit de l'intérieur, et la lumière vient de l'intérieur. Dans ce cas, et seulement dans ce cas, elle éteint l'ombre, comme la lumière du soleil éteint l'ombre des arbres. Je voudrais attirer votre attention un instant sur cette dernière phrase…


Prenez quelques secondes pour visualiser l'image, jouez le jeu s'il vous plait.


Lorsque le soleil est "bas" sur l'horizon, qu'il soit naissant ou mourant, la lumière touche les reliefs de façon horizontale. Elle crée des ombres longues, très longues. Avançons dans la journée. Plus la lumière du soleil augmente, plus les ombres sont noires, et parfois sombres. Plus la luminosité augmente, plus le soleil monte dans le ciel, et plus les ombres raccourcissent. À midi, au zénith, lorsque le soleil est au plus haut, couvrant notre position, et donc notre tête. Les ombres disparaissent au sol. On ne les perçoit plus que sur un plan vertical, sur le visage, ou sur nos pieds. Courtes et denses, elles ne perturbent pas la lumière environnante qui recouvre le sol, ou alors très peu. Pour que ces ombres-là disparaissent, il faudrait que le soleil soit à la fois au-dessus, mais aussi à l'arrière, devant, et sur les côtés. Vous le savez, aussi vrai que jamais le soleil ne pourra venir de sous nos pieds, il ne peut être partout et tout le temps en même temps, sur le plan physique.


Tout ce qui est du domaine de la matière, comme le soleil, la terre est les ombres, est aussi du domaine subtil. Les ombres dont nous parlons dans cet article sont tout comme leurs homologues visuelles… Elles s'allongent et se densifient, apparaissent et disparaissent lorsque la lumière est apprise, vécue, furtivement aperçue au début, puis fortement désirée ensuite. Nos ombres sont comme les ombres de l'arbre au sol, à une exception près : l'arbre est immobile, nous non. Pour l'arbre, l'ombre projetée sera au même endroit à la même heure d'un jour à l'autre. Cela sera vrai pour nous, mais pas systématique. Parce que notre soleil est notre âme, et que notre âme est aussi notre joie, nous avons le pouvoir lumineux de notre âme.


Seul ce pouvoir peut dissoudre nos ombres, et nul autre à sa place.

Nous avons la capacité de nous déplacer, et de faire sortir l'ombre que nous voulons, pour ensuite la dissoudre, de l'intérieur de nous. Alors plus aucune ombre n'est projetée sur l'extérieur, et cela s'appelle le rayonnement. Parce que le coeur rayonne devant, derrière, sur les côtés, l'âme brille tout en haut, à l'image de la couronne des saints, plus aucune ombre ne peut être créée à l'extérieur de soi…


Que sont nos ombres ? Elles sont des miroirs de notre passé. Elles sont des miroirs sur lesquels se reflète la lumière extérieure. Là est une de leur fonction, et là est une des raisons pour lesquelles nous pouvons vivre des pans entiers de nos vies sans même nous rendre compte qu'il nous manque l'essentiel… La joie, le coeur, et l'amour tel que défini autrement que dans la souffrance. Parce que la clé est là : lorsque le coeur reconnait l'autre en lieu et place du mental (vous savez, l'apparence physique, l'intelligence, le niveau de vie et le cadre social, toutes ces choses mentales qui peuvent nous faire aimer…), et bien c'est de dedans que s'enclenche le tsunami, et pas de l'extérieur (l'apparence). Le feu s'allume, et les ombres s'affolent, elles ne sont pas contentes du tout !


Nos ombres sont nos peurs, acquises depuis tout jeune, voire même avant la naissance. Nos ombres sont ces choses que nous avons oubliées, parfois avec le temps et l'oubli, parfois très rapidement pour des questions de survie. Nos ombres sont des peurs qui parfois ont été terreurs. Implantées dans le subconscient ou l'inconscient, elles frappent toujours par-dessous, ou par-derrière. Elles ne préviennent jamais, sauf si on est en conscience de son corps émotionnel, et qu'on le maitrise. Sans cela, les ombres frappent, elles convertissent les peurs en réactions non contrôlées. Ces réactions peuvent être des gestes (fuite, coups portés), ou des mots regrettés, et systématiquement elles nous vident de notre énergie. La plupart de ces ombres sont effacées de la mémoire immédiate. Elles ne redeviennent accessibles qu'à l'issue d'un processus de réappropriation de soi, de son histoire et de ses mémoires. Aucun soin énergétique, aussi miraculeux soit-il annoncé par le praticien, ne peut effacer les ombres, pas plus qu'en limiter les effets. Je dirais même, voire j'affirme qu'au contraire : vouloir concéder à l'autre le pouvoir de nettoyer ses peurs est un manque évident de volontarisme, et généralement, cela est considéré comme une défiance envers la responsabilité qui est la notre.


Considérer que tout va bien en nous alors que nous n'arrivons pas à vivre la moindre expérience avec l'autre sans aboutir à une situation complexe est un déni pur et simple. Si ce déni est double dans le couple, les foudres karmiques seront fortes, et pour les deux. Rejeter la faute sur l'autre est interdit par la Source, quoi qu'on en pense. On trouve ainsi des jumeaux de flamme jumelle pour lesquels plus rien ne va, et qui continuent à penser que cela vient de l'autre. Cet autre qui très probablement fait de la magie sur soi, nous empêchant d'avancer clairement. En dehors de cela, tout semblera aller bien nous dira-t-on, alors qu'en réalité, la tristesse est là, journalière et partenaire d'une vie qui n'a plus ni goût ni odeur. Des heures passées sur les forums de flammes jumelles, d'autres heures à consulter des médiums ou tirer des cartes pour obtenir des réponses qui ne sont que très rarement suivies de faits, ou d'actes venant du jumeau. Parfois même, la Source parle, apaisante, comme pour venir masquer la douleur inhérente à notre peur de ne plus jamais le ou la voir… Comme si la Source nous laissait aller dans le gouffre, au risque de nous perdre… Après tout, nous sommes responsables de nos actes ou non-actes, de nos oeillères et de nos douleurs.


Je ne ferais pas ici la liste de toutes les peurs acquises dans la vie, car vous pouvez bien vous imaginer qu'elle est longue comme l'internet. Par contre, la peur du rejet et de l'abandon, vous les connaissez bien. Elles se suffisent à elles-mêmes pour comprendre que le chaser peut avoir peur d'abandonner l'autre, comme il peut avoir peur d'être abandonné. Dans un sens cela reviendrait à faire de lui un lâche, ce qu'il n'est pas, oh que non, dans l'autre sens cela reviendrait à faire de lui un indigne d'amour, qui a forcément fauté par son manque de lucidité. Dans les deux cas, cette peur instinctive le conduit à la dépendance.


Dépendance affective pour certains chasers, dépendance aux substances pour d'autres, dépendance au travail, au contrôle de tout l'environnement, dépendance, dépendance, dépendance…

Pour le runner, la blessure du rejet engendrera la fuite, une fuite au-devant de l'autre ou une fuite intérieure. Là est un élément que beaucoup mélangent, en le réduisant à la seule fuite physique de la relation. Nous voyons bien aujourd'hui que les runners ne fuient pas tous… Loin s'en faut.


Les runners ne fuient pas toujours la relation, mais ils se fuient eux-mêmes.

Comment ? En s'adaptant, en essayant toujours, en permanence, de montrer et d'organiser ce qui peut être acceptable et aimable pour les autres. Fuir les situations de conflit, en ne disant rien de choquant pour l'autre, donc, rien de vrai pour soi, puisque le runner est empreint par l'amour et la douceur à l'intérieur. Les peurs adjacentes, comme la trahison ou l'humiliation auront été aussi vécues au travers des expériences. En toutes situations, elles seront à même d'activer la peur viscérale du rejet, et le déclenchement de la fuite en avant. Le fuyant craint plus que tout d'être débordé émotionnellement, et de paniquer face à une situation.


Nos ombres sont de véritables monstres, que pourtant nous hésitons à regarder en face. Il nous suffirait pourtant de le faire pour les comprendre. Dans ce travail, trois choses sont à étudier :


  1. D'où elles proviennent, donc, de quelles peurs elles sont issues originellement.

  2. Comment les situations vécues nous ont conduits à "perdre pieds" jusqu'à voir naitre et ressentir une peur en nous ?

  3. Quelles sont les conséquences de ces peurs sur nos actes ?


Ce travail peut être fait en introspection, mais compte tenu du fait que la grande partie des informations sont perdues dans l'inconscient, travailler avec un thérapeute permet, avec le temps, de faire sortir les mémoires. Ces mémoires ne seront pas toujours conscientisées dans un premier temps, elles seront réactivées sur le plan énergétique. Si la mémoire revient en conscience, alors là le match sera jouable, et donc possiblement gagnable. Si la mémoire ne revient pas en conscience, un nettoyage énergétique enlèvera une ou plusieurs couches, mais au premier évènement similaire à un évènement vécu et enfoui, la blessure se réactive et se densifie de nouveau.


Voilà pourquoi je conseille aux flammes jumelles d'entrer volontairement dans ce travail d'exploration. Les ombres sont vos blocages. Il n'est nullement question de les combattre, pas plus que de les éliminer comme cela peut être dit, souvent. Rappelez-vous : vos ombres soutiennent et reflètent la lumière intérieure. Parce que vous savez vous protéger, vous pouvez rayonner. Si vous ne savez pas vous protéger, vous êtes manipulé par vos ombres. Vaincre ses ombres ne signifie pas se battre, mais justement l'inverse : ne plus avoir à se battre contre elles. Ne plus être manipulé par elles, ne plus être un pantin de chiffon. Ne plus être manipulé par ses ombres, c'est trouver la clairvoyance en chaque instant, c'est voir le bon en l'autre, et le bon en soi. C'est aussi être en mesure de faire le choix, de décider fermement de ne pas laisser nos ombres tâcher les murs…

Certaines fois, cependant, et notamment pour se défendre ou se sécuriser, nos ombres sont utiles car elles nous alertent. Encore faut-il savoir les manier avec adresse et équilibre, pour les diriger vers les personnes qui le nécessitent, et pas envers celles que l'on aime, ou encore moins contre sa flamme.


Je vous souhaite une belle route, à toutes et à tous.

Prenez soin de vous.


Denis Mourizard

*Le magnétisme, comme l'énergétique sont soumis à des prérequis sans lesquels l'efficacité est amoindrie. Ils ne dispensent pas, en outre, d'un suivi médical régulier.

  • Facebook - Black Circle

Retrouvons-nous sur Facebook