Flammes jumelles - Covid-19, le Yin

Avertissement

Cette période est inédite, pour nous tous. Elle l'occasion de vivre une multitude de choses à l'intérieur de nous-mêmes, vu que nos rapports avec l'extérieur sont physiquement réduits. J'ai voulu ces deux courtes vidéos pour souligner, avec une véritable volonté de "surjouer" les deux rôles, pour mettre en avant la façon dont la polarité Yin et la polarité Yang vivaient le confinement, chacun de leur côté. Certains y ont vu du jugement, et je ne peux que le regretter, mais voilà bien longtemps que j'ai accepté de faire ce qui m'était attribué en conscience. Je suis responsable de ce que je dis ou écris, et pas de la façon dont chacun l'interprète. Merci pour votre compréhension et pour le travail que chacun fait de son côté pour incarner ses propres paroles.

Le runner est essentiellement tourné vers les besoins, de joie et de liberté de l'être. La période de confinement que nous vivons a commencé le 17 mars. Pour le Yin, le confinement n'est pas un cloisonnement, au début. Au début, c'est au contraire un espace de liberté. Liberté d'aménager son temps comme il le souhaite, et ce, y compris avec le télétravail. Le lieu de vie est le cocon dans lequel on se sent en sécurité. Le Covid-19 et ses conséquences sont perçues au travers des filtres du faux self, et je m'en explique selon deux plans :


Faux self de soumission : les règles sont respectées, non pas pour des questions de survie réelle, mais parce que cela est demandé par les autorités. Pour le Yin, être comme tout le monde est rassurant, et cette situation ne saurait rester en l'état, vu que l'état la prend en charge. Au début, s'il n'y a pas de masque pour sortir, ce n'est pas un problème. La situation est ce qu'elle est, et tout le monde fait de son mieux. Il y a dans tout cela une grande part de confiance en l'autre, et le soi est, dans un premier temps, rassuré par les actions des autres, et notamment de l'autorité. Si tout semble sous contrôle à l'extérieur, alors l'intérieur peut s'exprimer en toute liberté. Le temps règlera le problème, quoi qu'il en soit, alors autant s'occuper de soi et de ses besoins immédiats. La vie continue, et runner ou pas, il y a le travail, les enfants, les responsabilités de parent. Tout cela, c'est au début, avant l'ennui. Avec le temps, lorsque les tensions liées au confinement vont apparaître, les envies prendront le dessus sur les besoins, pour s'échapper de la réalité. Les envies ne pourront bien évidemment pas toutes être comblées, comme nous allons le voir.

Faux self contrôlant : je glisse ici une particularité bien souvent oubliée, et qui plonge nombre de personnes dans le doute vis à vis de leur polarité. Le principe de base est l'adaptation du runner, qui s'adapte, dit-on, pour plaire. Plaire n'est pas ici une volonté uniquement basée sur l'ego, mais avant tout, et surtout sur une volonté d'éviter les problèmes et surtout les jugements. J'ajoute en outre, que ces problèmes activent des blessures et des douleurs chez le runner. De ce fait, en s'adaptant à son environnement extérieur, le runner évite les douleurs intérieures. Il n'y a pas de jugement à poser là-dessus. Pour s'adapter, il crée un faux self, un faux personnage qui n'est que le reflet de ce que les autres attendent de lui, et absolument pas l'image réelle de son moi intérieur. La construction de ce faux self peut tout à fait conduire à un faux self de chaser… Vous l'aviez venu venir ? C'est selon moi une réalité qui dépend d'une multitude de facteurs, et notamment de facteurs familiaux ou professionnels. Parce qu'il faut bien survivre dans ce Monde difficile. Si un des deux parents utilisera l'enfant runner pour sa sécurité ou son réconfort affectif, il peut aussi arriver que l'autre parent soit ultra rigide, notamment si les parents sont dissociés sur le plan de l'éducation de l'enfant. Dans ce cas, on peut trouver des runners qui présenteront exactement le même comportement que les chasers, un comportement contrôlant en tous points. Vous lisez bien… Le truc, c'est que ce faux self sera vécu avec grande douleur, inconsciente jusqu'à ce qu'elle le devienne. La conscience émotionnelle se tait, parce qu'elle a été recouverte d'un drap de lin, pour ne pas être divulguée. Ce drap de lin, c'est le faux self, rêche et qui gratte.

Là où les deux possibilités précédentes vont se rejoindre, c'est après quelques semaines de confinement. Lorsque l'enfant intérieur prend les commandes, et que l'ennui s'installe, parce que les sources de distraction sont finalement toujours le mêmes. Il se peut également que le calme apparent du chaser vienne énerver le runner, ce qui sera alors la preuve du manque de fluidité dans les échanges entre les deux. Ajoutons également que l'hyper contrôle d'un chaser en manque de compensation et de compréhension de l'autre est une source de discorde majeure. Le runner a besoin de liberté.


Si le chaser à besoin de sa liberté de penser, le runner a besoin de sa liberté de bouger (l'air), mais aussi de rire et de joie (les émotions, l'eau)…

Vous le comprenez : tout cela va, avec les semaines qui passent durant un confinement, poser de plus en plus de problème à l'intérieur. La tristesse va faire son apparition. Les réseaux sociaux feront illusion, piètre compensation d'une réalité qui est toute autre.

Pour celles et ceux qui vont lire cet article, peut être verront-ils la différence avec la vidéo sur le même sujet. Je veux donc préciser ceci : nous sommes des humains, et j'ajoute, nous sommes des enfants sur la voie de la compréhension de nous-mêmes. Le sujet joué dans ma vidéo était un extrême. À l'autre extrême nous avions le comportement abusé du chaser non compensé. Cet article était nécessaire pour souligner une possibilité : un runner peut faire illusion en raison de son faux self, et ainsi passer, ou se croire chaser. Alors la réponse apparait comme étant véritablement en vous : souffrez-vous de ce comportement rigide, de cette structure hyper cadrée, que pourtant vous vous imposez ? Chez le chaser elle est naturelle, chez vous si elle est produite par vous, elle est imposée par vous. La chose est bien différente. J'ai même envie d'ajouter, pour rassurer les lectrices et lecteurs Yin, que le Yang peut tout aussi bien verser dans le Yin et devenir délirant. Chez lui ce sera mental, intellectuel et non pas inconscient. Autrement dit, il assumera parfaitement ce qu'il est devenu, avec force et arguments (aussi irréalistes qu'ils soient).

Je conclue donc sur ces quelques mots, parce que nous ne sommes toujours pas sortis de confinement. Aujourd'hui, comme hier, des choses sont possibles, et d'autres non. Nous n'avons pas atteint un niveau d'enfermement total. Il y a des raisons à la situation que nous vivons, et de cette expériences bien des choses vont se révéler au plus grand nombre. Ce n'est pas une chance ni une aubaine. Des gens meurent, en raison d'un virus, mais aussi de l'incurie de certains, de la manipulation et de bien d'autres choses… Non, ce n'est pas une chance. C'est une terrible tragédie. Pour autant, faire feu de tout bois, c'est peut être aussi le chemin que nous connaissons. Transformer la noirceur en clarté, ce n'est pas tout accepter en attendant que ça passe. C'est réfléchir à demain, et acter ces réflexion, pour soi, et pour les autres. À cela je veux continuer à croire que nous parviendrons. Ensemble ou pas, là n'est pas la question, bien que…


Prenez soin de vous, restez en vous. Restez en vous encore un temps, celui du confinement. Puissiez vous y découvrir ce que vous êtes, pour l'offrir au changement.

Denis Mourizard

*Le magnétisme, comme l'énergétique sont soumis à des prérequis sans lesquels l'efficacité est amoindrie. Ils ne dispensent pas, en outre, d'un suivi médical régulier.

  • Facebook - Black Circle

Retrouvons-nous sur Facebook