Flammes jumelles, Connaissances & Savoir

Vous avez peut être visionné, ou allez peut être le faire, la vidéo ainsi tirée : "Flammes jumelles, savoir et connaissances". J'aborde dans cette vidéo les notions de connaissances et de savoir qui sont indissociables de la relation de FJ. Je ne reviendrais pas sur son contenu ici, mais il me semble nécessaire d'ajouter dans cet article quelques points importants. Comprendre que nous ne savons finalement que si peu de choses, peut nous amener à nous dire que nous ne savons rien. C'est bien entendu une image, au pire une posture pas très honnête.


Nous avons tous notre savoir propre, et nos connaissances propres. Pourtant, le total de nos connaissances n'est qu'une infime goutte d'eau dans l'Océan du Savoir humain, et un atome dans le savoir de l'Univers. Je vous laisse imaginer ce que nos connaissances représentent face à la connaissance du TOUT…

Nous sommes des humains, avant tout. Nous sommes des hommes et des femmes, avant tout. Avec nos rites et nos coutumes, nos habitudes, bonnes ou moins bonnes pour nous et pour les autres. Nous sommes des parents, des amis, des enfants, et nous sommes tout cela avant même d'être flamme jumelle. Nous sommes des humains, sur la voie de l'unité, en nous-mêmes avant tout, dans un collectif ensuite, et dans une humanité également. Nous pensons être ceci ou cela, et il m'apparaît très souvent dérisoire de penser moi-même être ceci ou cela dans un monde dans lequel pourtant je pourrais être bien plus.

Le développement de soi inclus le développement spirituel. Sur la voie spirituelle de l'être, on apprend à lâcher avec les concepts. On aime à dire "Tu n'est pas que plombier, maçon, ou danseuse !". On aime à affirmer des choses telles que "Tu es bien plus que ce que tu penses être !". J'ai fais, moi-même, ces choses là. J'ai parlé, beaucoup, beaucoup, beaucoup. J'ai aussi beaucoup écris, et c'est ici très sincèrement que je le fais avec beaucoup, beaucoup d'humilité. Il y a bien une différence entre le mental et le coeur, entre la connaissance et le savoir, entre la posture mentale et l'attitude de sagesse… Quand on abandonne ses anciens schémas conceptuels, quand on ne s'identifie plus uniquement à notre métier, notre âge, notre sexe, notre condition sociale, bref, tout ce qui est du domaine du terrestre factuel, on peut très bien se dire "Flamme jumelle". Nous irons droit au but à compter de cet instant.

La connaissance est théorique, le savoir est empirique.

On peut connaître 1000 choses et ne savoir aucunement les exploiter, ni à son profit, ni au profit des autres. C'est là me semble t'il le grand piège de la spiritualité, mais aussi celui de le l'univers des flammes jumelles. La vidéo retrace simplement un chemin de pensée, qui m'est bien évidemment personnelle, résultat de ma propre expérimentation. Je voudrais à présent vous donner quelques clés pour vous éviter de penser que finalement, rien ne sert de faire ce chemin, puisque nous ne saurons jamais tout.


Être le maître de sa vie, être le créateur de sa vie sont des rêves qu'il est possible d'accomplir, en s'accomplissant intérieurement, en se comprenant, en repoussant aussi loin qu'il est humainement envisageable de le faire nos propres limites. Au final, il est tout aussi nécessaire d'admettre que nous avons des limites, pour ne pas finir par nous prendre pour Dieu, ou pour son élu. Sans ce nécessaire travail d'équilibre des forces, c'est le gouffre assuré, et la perte de tous repères, et surtout, l'échec. Je vous donne un exemple, qui est le mien. Mon ambition, mon rêve, mon absolu, quel est-il ? Arriver aux derniers instants de mon corps physique, sans aucun (mais vraiment aucun) regret. Non seulement je ne veux rien regretter, mais je rêve d'avoir vécu, au moins un temps de ma vie, la plénitude de l'unité réelle. Je n'ai plus le désir de tout savoir, et encore moins de savoir la vérité, sur ceci ou cela. Savoir comment les pyramides ont été faites m'importe peu aujourd'hui, car ce que j'ai pu en comprendre est largement suffisant pour moi. Je n'en construirai jamais… Par contre, comprendre pourquoi j'ai pu me laisser maltraiter de la sorte durant toute une moitié de vie est important pour moi, et mon âme. Comprendre pourquoi j'ai pu me maltraiter de la sorte l'est tout autant. Comprendre pourquoi j'ai pu maltraiter ceux que j'aimais plus que toute autre chose en ce monde est de la même valeur. Ce sont ces compréhensions qui m'animent aujourd'hui, et elles ont un reflet extérieur : comprendre tout cela au travers de moi-même n'est qu'une face de la pièce, les comprendre au travers des autres est l'autre face. Je suis flamme jumelle, et je suis imparfait, bien qu'avide de paix, d'amour vrai et de foi en l'être humain. Ceci est mon rêve, et vous avez les vôtres. Vos rêves sont propres à vous, et en la matière, je crois pouvoir dire que les plus simples sont aussi les plus vrais, mais également les plus complexes à dompter.


Connais toi toi-même et tu connaitras l'Univers et les dieux…

Parce que oui, se connaître soi-même relève d'un défi tout aussi grand que connaître les dieux eux-mêmes. Cela implique de connaître la lumière des dieux en question, leurs forces, mais aussi leurs parts d'ombre. Le New Age veut tellement nous conditionner que cela en devient très vite louche. Pourquoi ne vouloir voir que ce à quoi l'on accepte de croire ? Pourquoi ne vouloir voir que la lumière des dieux, la beauté de ces dits dieux, et jamais leurs ombres ? Pourtant, que cela soit en Egypte, en Amérique du Sud, en Inde, dans le Nord de l'Europe, partout les anciens ont décrit des scènes atroces en transmettant leur savoirs. Nous oublions trop souvent que notre mental nous restreint, il nous réduit aux petites limites qu'il se fixe lui-même, et il fait du serpent de la connaissance un Ouroboros permanent. L'Ouroboros est l'image du serpent qui se mord la queue…


Nous parlons de connaissances. Nous disons "Je veux savoir", "Je veux comprendre", ou mieux : "Je sais". Nous remplissons la coupe de données multiples, jusqu'au débordement. Lorsque la coupe est pleine, ça déborde. Imaginez que la connaissance est du vin, et versez tout le contenu d'une bouteille dans un verre à vin. Vous avez l'image de ce que notre mental nous amène à faire : éponger sans cesse le vin sur la table. Il nous faut boire à la coupe, sous entendu descendre le vin dans le gosier, verser la connaissance dans le coeur. Si je donne des conseils aux autres, si je porte de belles paroles, suis-je moi-même l'incarnation de ce que je dis ? Lorsque je me dis être ceci ou cela, chaser ou runner, conscient ou dans l'étape de la fusion, d'où me vient donc ce besoin de le crier, sur les forums, dans la vie, sur Facebook ? Est-ce cela le savoir de l'amour inconditionnel de la vie ? De l'autre ?


La connaissance est utile, mais elle est comme le plomb. Inutile si elle n'est point alchimisée. Certes, accumuler un grand nombre de connaissances peut être utile pour distraire les télespectateurs des émissions telles que "Question pour un champion", ou "Tout le monde veut prendre sa place", ou "Qui veut gagner des millions. Il est bien évident qu'en guise de distraction nous ne manqueront pas de nous retrouver face à nos manques personnels face à ces gens qui gagnent des millions, ou de l'argent grâce à la connaissance. Je pense personnellement que la connaissance est l'argent véritable, celui qui peut être échangé contre du mieux être dans notre incarnation. Cet argent là n'a pas de valeur fiduciaire. Un pauvre, entendez une personne qui a peu de connaissance, peut avec très peu, être heureuse. Une personne plus riche, qui connait plus de choses, peut aussi, avec bien plus, être heureuse. L'un et l'autre s'apprennent, s'enrichissent mutuellement. Du moment qu'il n'y a pas d'esprit d'opposition, du moment qu'il n'y a pas de frustration ou de conflit mutuel, alors la connaissance prouve qu'elle est devenue un savoir vécu. Le savoir est la seule voie vers ce que le new âge appelle l'amour inconditionnel, et qui ne reste qu'une conception mentale magique totalement inutile à la vie…

"Il faut vivre dans l'amour inconditionnel mes très chères flammes !"

Explication de texte :

"Il faut" : Oui bien sûr. Qui donc es-tu pour me dire comment je dois vivre ?

"L'amour inconditionnel" : Mais encore ? Inconditionnel est la condition. Si tu imposes une condition, ce n'est plus inconditionnel. C'est le serpent qui se mord la queue, d'où l'insolvabilité de la chose.

"Mes très chères flammes" : Tiens donc, vous m'appartiendriez ?


Pardonnez mon sale gosse, ou mon adulte renfrogné, mais vous aurez compris l'idée mes très chères flammes ! (Nan, j'déconne…). La connaissance utile est celle qui rend la vie plus belle. L'amour n'est pas un trésor fait de pièces d'or et de pierres précieuses, il est une quête, il est l'énergie qui crée. L'amour de l'autre ne se gagne pas à la quantité, ou la qualité des choses faites pour lui ou elle, mais à la vérité des choses faites pour soi. Le processus de développement personnel d'une flamme jumelle peut passer par de multiples voies, et la connaissance en fait partie. Nourrir le coeur de la vie de ces connaissances élève la conscience. Offrir sa vie aux vérités assénées par des tirages de cartes est un aveux d'abandon. C'est un passage que je pense nécessaire, et je pense aussi que cette phrase me vaudra les foudres de certains. Libre à chacun de transformer l'information en force de médisance. Je réitère : Offrir sa vie à quelqu'un, ou à une force inconnue est un abandon de souveraineté. Cela ne signifie en rien qu'un tirage de cartes est inutile. Je le pratique moi-même, je serais donc médisant à médire mes actes. Mais il n'en est rien. L'invisible, l'inconnu, l'intellectuellement inconcevable, si terrifiants pour les chasers, sont utiles quand ils manquent à notre vie. Peut-on connaître la vérité sur ces choses là ? Certains ont essayé, ils ont eu des problèmes nous diraient Chevalier et Laspalès. Ce que l'on peut le mieux connaître sont les choses de la réalité terrestre, et la totalité de ces choses est déjà hors d'atteinte pour le cerveau humain. Alors je vous laisse imaginer ce qu'il en est pour ce monde de l'invisible que la plupart des humains n'ont découvert qu'il y a une petite dizaine d'années… Quand à ceux qui ont grandi dedans, vrais mentors en la matière, sont-ils ouvertement dévoilés au Monde ? Je les vois plutôt se cacher, comme si ce qu'ils savaient était si brûlant que cela en deviendrait dangereux pour eux. Bien entendu, il y a ceux qui se disent les vrais. Ceux qui affirment avoir 175 ans. Ceux qui se prennent pour ceci, ou pour cela.Il n'y a aucune accusation dans ces dires. Juste ce que je vois, observe, et analyse.


Au final, quel est le résultat de notre perception de la connaissance et du savoir ? Notre vie ! Notre potentiel de joie, notre joie exprimée. J'ai pu rencontrer des moines tibétains dans ma vie. J'ai vu en ces hommes de véritables enfants, dotés d'une connaissance si limpide qu'elle avait le goût et l'odeur de l'évidence. Ils ont l'art de rendre simple tout ce qui est compliqué… par le mental occidental. C'est moins en raison de leur nationalité que de leur travail sur eux-mêmes que vient cette particularité. Ils sont les vrais maîtres à mes yeux, ceux qui transmettent la joie de vivre, et il en existe également en occident.


Finalement, qu'avons nous à faire d'autre que de vivre ? Heureux… en Vérité… Flamme jumelle ou pas, la réalité est bien là. Nous avons plus ou moins tous compris qu'accumuler des richesses matérielles n'offrait pas le bonheur du coeur, surtout s'il ne s'agit que de retirer ces richesses du reste du monde vivant.

Alors nous sommes flammes jumelles, et qui pourrait contester cela à part des esprits en quête d'eux-mêmes ? Nous sommes en quête d'amour, nous enquêtons, le coeur en feu et la tête cerclée du sang que les épines acérées du mental ego ne cesse de faire couler. Nous empoignons la tige de la rose, pour en contempler la lenteur à se former, mais aussi l'extrême fugacité de la beauté déployée. Nul ne peut gagner la paix sans se mettre au sang il semblerait. Cela mène à l'humilité face à notre humanité, ou notre manque d'humanité, envers nous-mêmes, envers l'autre, envers les autres. Et si le véritable savoir n'était finalement que les quelques connaissances acquises en conscience ? Connaissances de notre corps et des raisons pour lesquelles il souffre, de notre mental et des raisons pour lesquelles il s'évertue ainsi à nous faire souffrir… Connaissances de nos émotions, et des raisons pour lesquelles elles se sont ancrées en nous, jusqu'à nous désancrer de la réalité, mais aussi connaissance de l'âme et de l'ombre qu'elle tente d'éclairer…

Il a fallu tant d'incarnations à l'humanité de 2021 pour en arriver où elle en est. Collectivement effrayée comme elle l'a si souvent été. Nous avons tous un point commun en ces temps de grand bouleversement. La boule qui sans cesse roule, renverse le mental, tout comme notre planète qui pourrait bien demain, tourner à l'envers. Saurons-nous aller au bout de nous-mêmes, non pas pour gagner quoi que ce soit, mais pour parvenir au terme de cette vie, déjà conscients de la suivante ? Et sans regrets…


Chacun(e) de vous porte en lui(en elle) les gènes du savoir. Il faudrait si peu de choses à chacun de nous pour toucher au véritable, à l'amour, à la Source de tous nos rêves. Alors puissions-nous faire une trêve, le temps d'un silence au bout duquel nous parviendrons à nous entendre nous-mêmes, sans nous juger, mais pour nous changer.


La relation de flamme jumelle nous permet de savoir ce qu'est l'amour, non pas de façon illusoire, mais de façon véritable. La Source enverra à chacun matière à parfaire ses connaissances, à chacun d'en faire l'Alchimie intérieure, pour verser l'utile dans la coupe du Savoir utilisable. Qu'il s'agisse d'une personne en capacité de vous ouvrir des portes sur la compréhension de vous mêmes, ou d'une synchronicité (message de vos guides), ou d'un tirage de cartes, ou d'un livre dont seul 1% vous sera réellement utile, peu importe. Votre intuition est l'éclairage au sol de l'avion, et votre discernement, ce sont les hôtesses de bord. Croire savoir, c'est bloquer la connaissance qui elle ne cesse de couler dans votre vie. Il faut peu de choses pour entrevoir la vérité, mais la marche est à l'adulte ce que marcher sur ses deux pieds est au bébé. C'est une question d'équilibre, c'est une question d'unité.


Merci à toutes, merci à tous pour votre présence et vos expériences, sans vous, rien ne serait possible.

DM


215 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout