Au-delà du voile

Mis à jour : avr. 16

Il ne peut être d’autre réalité que celle qui est complète, c’est à dire celle qui intègre tout ce qui peut être. Nous vivons, et parfois survivons dans un Monde qui n’est autre que celui qui nous entoure. Notre perception de ce Monde peut très bien s’arrêter aux limites que nous nous fixons nous-mêmes, et en cela se trouve formé notre champ de conscience. Dans ce champ de conscience réside ce qui EST en forme, mais aussi ce qui est sans forme. Il y a le concret, le solide, le matériel, visible et perceptible par les sens physiques, autrement dit le domaine de Yang. Cela constitue le domaine de ce qui EST en forme. Puis il y a tout aussi concret, mais impalpable, immatériel, invisible et tout aussi perceptible pour celui qui se le permet en conscience, autrement dit le domaine de Yin.


Nous traitons ici du Monde de l’invisible, et en cela est sous-entendu bien évidement tout ce qui touche à l’image que l’on s’en fait. Il y a dans notre Monde ceux qui croient, et ceux qui ne croient pas. Il y a ceux qui expérimentent et ceux qui rejettent. Il y a dans notre Monde les gentils et les méchants, les bons ou les mauvais, et dans ce Monde le méchant est forcément l’ennemie du bon. Quelle image se fait-on du bon ? Tout simplement la projection de ce qui nous semble juste, et cela peut être sous de multiples formes. Ainsi nombreux sont ceux à rejeter ce qui n’a pas de forme tangible et perceptible aux cinq sens corporels, et aussi nombreux sont ceux qui arrivent à rejeter ce qui lié aux cinq sens corporels, désirant se projeter dans des réalités moins dures. En guise de conclusion à cette introduction, j’appellerai les lecteurs qui se reconnaissent dans l’une ou l’autre de ces positions à partager avec moi ce qui va suivre.


L’invisible existe t’il ?

Quand nous mettons un plat dans un micro ondes, voyons nous les ondes qui pourtant excitent les molécules de la nourriture ? Non. Pourtant la très grande majorité des français ont un micro ondes dans leur cuisine, et ce jusqu’à ce qu’ils prennent conscience de la nocivité de ce qu’ils acceptent, alors qu’ils ne le voient pourtant pas.

Quand notre ordinateur communique en wifi avec la box internet, échangeant de grandes quantités d’informations, voyons nous les ondes et les informations qui transitent par elles ? Non. Pourtant la très grande majorité des français ont une box internet dans leur salon.

Rejetons-nous l’idée que les chiens puissent entendre les ultra sons, alors que notre oreille n’est pas dotée de la capacité d’entendre elle-même ? Non.

Rejetons-nous l’idée que l’électricité soit réelle, bien qu’invisible ? Non, nous concevons même qu’elle soit mortelle, car nous pouvons la ressentir de différentes façons.

Rejetons-nous l’idée que le magnétisme soit une réalité factuelle ? Non, car nous avons tous joué avec des aimants, et nous savons même fabriquer des électro-aimants.

Toutes ces choses sont bien du domaine des réalités invisibles, alors pourquoi sont-elles acceptées ? Parce que pour la majorité d’entre-elles nous en voyons l’effet, le résultat, sans forcément en comprendre la cause. Il y a à voir en cela une des vérités qui concerne l’homme : l’homme n’est limité que par ses propres limites intellectuelles. Ainsi, celui qui apprendrait que le wifi peut être perturbant et qui refuserait catégoriquement d’y être exposé se priverait de son utilité en en refusant tout bonnement l’utilisation. Il n’irait pas chercher comment se protéger de son rayonnement. De la même façon, nombre de bienfaits invisibles sont rejetés par la psyché de l’humain, avant même d’avoir été soumises à l’expérimentation.

Toute chose invisible a un effet sur la matière

Tous les exemples que nous avons donnés ont un effet sur la matière. Les micro ondes excitent les molécules d’eau, et ainsi la réchauffe, par échauffement. Tout frottement de deux matières engendre un échauffement, qu’il s’agisse de molécules, de métaux, de végétaux ou de minéraux… Le wifi transporte une information qui mise en forme sur un écran, sous forme de son ou d’image. L’information invisible est rendue visible par la machine qui l’interprète, car toute image est issue d’une énergie. Les ultra sons ont un effet sur les tympans du chien, lesquels envoient à son cerveau une information qu’il interprète. Ces ultra sons auront un effet sur le comportement de l’animal, et seront utiles à son maître, sans même qu’il n’ait eu besoin de les entendre. Sans avoir l’outrecuidance de vouloir prouver quoi que ce soit, j’essaie de rester néanmoins réaliste dans mon propos.


Ouvrir la porte

Il y a dans notre Monde tant de choses que nous ne voyons pas. Nous ne voyons pas l’énergie, et tout ce qui est vivant est source d’énergie, à la fois réceptrice et émettrice. Le feu est une source d’énergie, mais il n’est pas l’énergie. L’énergie est impalpable. L’eau est une source d’énergie, mais elle n’est pas l’énergie. L’air est une source d’énergie, mais il n’est pas l’énergie. La terre est une source d’énergie, mais elle n’est pas l’énergie. Il y a bien évidemment d’autres sources d’énergie, comme l’explosion dans un moteur de voiture, ou dans un réacteur nucléaire, comme le soleil ou les marées, de même que le corps humain est capable de produire de l’énergie. Comme tout ce qui est vivant produit une énergie et en reçoit, quelle est cette énergie reçue ?

Cette énergie est double : électrique et magnétique. Magnétique par la terre, la pure énergie tellurique. Electrique par le ciel, la pure énergie cosmique. L’être humain, les animaux, les végétaux, mais aussi les minéraux, tous ensemble nous recevons ces deux formes d’énergies. Une dense et brulante, l’autre légère et froide. Nous recevons ces énergies par notre matière, qui est dense, au travers de nos chakras. De la même façon que nous recevons et générons de l’énergie (recevoir et donner), nous produisons et restituons une énergie qui peut être sous deux formes : positive ou négative. Il n’est pas besoin d’aller chercher bien plus loin que dans le quotidien pour décrire ces deux formes d’énergies, il suffit d’ouvrir la porte à l’information pour la mettre en forme en nous-mêmes, et voir si cela nous parle.

Quand nous sommes tristes, quelle sensation avons nous ? Celle de la tristesse. Ce n’est pas qu’une lapalissade, car cette tristesse est une forme d’énergie produite. Elle influence notre corps, puisque cette tristesse est une émotion, et cette émotion se voit sur notre visage. On a le coeur froid quand on est triste… Quand nous sommes en colère, au beau milieu d’une dispute, nous devenons tout rouge, notre chaleur corporelle augmente, et la colère se lit sur notre visage, qui à son tour devient rouge, de chaleur. Nous produisons par nos émotions des énergies que l’on qualifiera de positive ou négatives, qui conduisent au bien être ou au mal être. Nous vivons tous comme cela, dans nos interactions avec les autres humains, avec les animaux, avec la nature, et nombre d’entre nous se sont simplement éveillés depuis quelques années au besoin ressenti de vivre dans le bien être, plutôt que dans le mal être. Cet éveil de conscience amène une autre prise de conscience : celle du Monde de l’invisible, l’invisible qui commence en Soi, ses émotions, mais aussi l’invisible qui nous pénètre et qui est l’énergie.


Passer le seuil

Une fois qu’est ouverte la porte de la conscience de l’invisible, il nous faut encore passer le seuil de cette porte, et aller explorer. Nous allons rapidement y découvrir de multiples choses, impalpables et sans autre forme que celle que nous accepterons de leur donner. Toutes ces choses immatérielles et impalpables n’existent pourtant, tout comme nous, que par l’énergie. La différence avec nous est qu’elles ne sont vivantes que dans l’énergie, bénéfique, neutre ou maléfique. La plus proche de nous dans ce Monde de l’immatériel est notre âme. Une chose est sûre : nous ne croiserons jamais notre âme par nos yeux physiques, bien qu’ils en soient la porte. Aucune chance de lui serrer la pogne un jour ! Pourtant elle est bien là, et le seul moyen de la renier est de le faire consciemment. L’âme est accrochée au corps, et tout le parcours de l’éveil à l’âme consiste à l’ancrer totalement dans notre corps, et en ce Monde. Pour ce faire, il arrivera toujours le moment où les Mondes de l’invisible se présenteront à nous, avec ses séquences intuitives, ses ressentis et ses doutes. L’énergie prendra de plus en plus de place dans notre perception de la réalité de ce Monde, mais surtout dans la découverte de la part de réalité qui, peut-être jusque là, était consciemment, ou inconsciemment ignorée.

L’invisible ne devient perceptible…


…qu’une fois que nous acceptons de le regarder en face. Résident et existent autour de nous de multiples réalités qui ne sont perceptibles que par cette part de nous-même qui est elle-même invisible. Les corps subtils de l’être humain (Corps éthérique, émotionnel, mental, astral…) qui constituent le champ aurique interagissent avec leur environnement direct. Nous sommes sujets à ces interactions énergétiques entre êtres humains, mais également avec toutes les autres formes de vie, de la plus inerte à la plus expressive. Nous sommes également sujets à des interactions énergétiques avec non plus ce que l’on appelle des formes de vie, mais des énergies informes. Elles sont de multiples nature.


Les égrégores de pensées

La pensée est créatrice d’énergie. Preuve en est la possibilité désormais usuelle de projeter sur un écran, et sous forme d’images, l’activité du cerveau humain. Le cerveau crée des impulsions électriques, lesquelles se matérialisent parfois par les gestes, par la parole ou de façon invisible. Si l’information peut passer d’une box wifi à un téléphone, pourquoi ne pourrait-elle pas passer d’un cerveau à un autre ? Puisqu’il s’agit concrètement d’une impulsion électro-magnétique pour le cerveau, peut être pouvons nous entendre que nous produisons un effet dont la cause est similaire. Sont donc fabriquées des amas psychiques qui sont véhiculés dans l’impalpable (dans l’air, ou l’ether), et ces amas psychiques ont une énergie qui vibre à la fréquence de la personne qui les a produites. Lorsque plusieurs personnes produisent la même pensée (prières collectives ou révolutions collectives), ces amas psychiques s’agrègent les uns les autres pour former un égrégore dont la puissance est proportionnelle à la puissance de ceux qui la produisent. En traversant ces amas psychiques, nous absorbons une part de cette énergie. S’ils sont négatifs, nous pouvons être frappés de tristesse, de torpeur, de colère, ou de fatigue inattendus. S’ils sont positifs, nous pouvons être conduit à de plus hautes énergies. Pour synthétiser, promenez-vous dans une foule en colère, et observez le résultat sur votre état. Faites la même chose dans une foule de prière, et comparez…


Les âmes errantes

Qui dit être vivant dit âme associée au corps. Lorsque meure le corps, l’âme n’a plus d’attache à la matière. Qu’il nous ait été donné la possibilité de ne plus douter, ou seulement le don du doute ne change rien, l’âme qui quitte le corps a une voie à suivre après la désincarnation. Il se trouve que parfois, pour des raisons trop nombreuses pour être expliquées ici, l’âme reste piégée dans notre Monde, aussi appelé le bas astral (la zone la plus basse de l’astral). Qu’elle soit consciente de son état ou pas, elle reste en tant qu’énergie, donc impalpable, mais bel et bien perceptible à qui le peut. Comme elle est énergie, elle transporte une multitude d’informations avec elle, et son énergie peut vibrer à différentes fréquences, hautes ou basses, selon l’état du défunt au moment du décès. Pour perdurer, cette énergie a besoin d’énergie, et elle la capte où ? Dans ce qui est vivant. On trouve des âmes errantes absolument partout sur la planète dont certaines ne demandent qu’à quitter ce bas astral, tandis que d’autres tentent de rester accrochées à la matière…


Les esprits de la nature

On peut penser qu’une plante ou un arbre sont sans âme, ou sans conscience. L’excellent livre de Peter Wohllenben, « La vie secrète des arbres », nous révèle qu’il n’en est rien et que dans le Monde végétal tout est divinement organisé autour d’une idée toute simple qui est le service à l’autre. Peu importe que l’on ait besoin ou non de poser une image sur ces esprits de la nature, ils sont là, et ils sont énergie. Les esprits de la nature renvoient directement aux quatre éléments, le Feu, l’Eau, l’Air et la Terre. Éléments créateurs de toute vie, ils sont associés à une réalité physique et tangible dans notre monde terrestre, mais également à une réalité invisible avec les Salamandres, les Ondines, les Sylphes et les Gnomes. Ces représentations ne sont que mentales, mais fort utiles à l’homme car sans elles, aucune plante ne saurait pousser, ni aucune vie subsister. Allez donc retirer la chaleur d’un corps humain, et vous le rendriez froid comme un cadavre. Ces esprits là sont par définition positifs, si on sait faire appel à eux avec l’humilité dont nous devrions nous reconnaitre.


Les êtres angéliques

Qui n’a jamais entendu parler des anges ? Ils sont de toutes les traditions, que ce soit dans la bible ou le Coran, comme dans la Torah. Sont-ils ce qui y est décrit ? La question n’est pas là, ici. Ils sont ce que l’on accepte qu’ils soient, rien d’autre. Et c’est déjà beaucoup, car leur action ici est réelle, bien que soumise à notre réel engagement en conscience, et dans le coeur. Il serait une erreur de penser que ces êtres ne soient que doux, alors même que l’Archange Michael se pare d’une lance pour perforer le malin. Pourquoi le malin ? Parce que justement il est malin, et capable de se travestir en autre chose de bien plus doux et beau que lui. Humains nous sommes, exactement situés entre ce qui est en haut et ce qui est en bas, influencés sans cesse par l’un ou par l’autre. Nous défaire de toute influence est ce qui nous est proposé par ce que nous recevons comme énergie négative, pour finalement produire nous mêmes ce que nous attendons de plus haut : la lumière. Les êtres angéliques sont de ce Monde, représentés partout aux quatre coins du Monde, sous des formes utiles à la psychée humaine, mais bel et bien sans forme palpable immédiate.


De la matière à la non matière

Si nous percevons la nécessité de prendre soin de ce qui nous compose en tant qu’être incarné, nous admettons nos deux parts matière (le corps) et non matière (l’âme). Guérir le corps est nécessaire, car sans lui plus de vie. Guérir l’âme est tout aussi important, car une âme malade rend un corps malade. Il n’est pas de raison objective d’avoir peur de cela, car nous sommes créateurs de notre réalité, et avons le pouvoir sur nos énergies. Quelles qu’elles soient, nous avons le pouvoir de les observer, d’en apprendre l’essence, et de les comprendre. Tant qu’on ne sait pas allumer un feu, on aura froid. Quand on sait, on gagne la chaleur et la lumière. Le corps est le Monde du médecin, l’esprit celui du thérapeute, l’énergie est celui de l’énergéticien. Le Monde est fait de Mondes dont la découverte offre l’accès à la connaissance de Soi.

Crédit photo : Kellepics/Pixabay

*Le magnétisme, comme l'énergétique sont soumis à des prérequis sans lesquels l'efficacité est amoindrie. Ils ne dispensent pas, en outre, d'un suivi médical régulier.

  • Facebook - Black Circle

Retrouvons-nous sur Facebook