CQFD

Flamme jumelle, simple expérience ou chemin d'âmes incarnées dans la vie ? Je commence cet article par une question, et pas des moindres. Le sujet de cet article est aussi celui de la vidéo, et si vous me lisez, alors je peux vous donner une idée de mes pensées, qui ne sont qu'humilité face à ce que vous vivez, et que je vis. C'est la vie ! C'est la vie que nous vivons, et cela inclus les rêves que nous faisons, et que nous avons vocation à transformer en réalité. Quel sens peut avoir cette relation si ce n'est d'apprendre à vivre, à se créer, en marchant sur ses deux pieds, pour incarner cette création dans l'amour de la vie, et pour un Monde meilleur ? Être l'amour pour l'être que l'on aime, mais aussi aimer l'être que l'on est. Pourquoi devrait-il y avoir dualité entre les deux ? Tout simplement parce que des forces présentes ici-bas nous traversent, nous pénètrent, et vibrent à l'intérieur de nous comme de puissants ralentisseurs. Des bosses sur la route de la vie qu'il nous faut soit éviter, soit encaisser lorsque manquent les amortisseurs. Entre les deux verbes éviter ou encaisser, que je pourrais relier à la fuite ou au sacrifice, proposons le verbe amortir. Ainsi la bosse trouve le droit d'exister, sans que nous en soyons pénalisés.

Je veux parler ici de ce qui a été dit dans la vidéo, et l'exprimer par les mots écrits. Ces mots font la phrase qui suit :

Ce que je pense ou ressens, se transforme en ce que je dis, qui se transforme en ce que je fais.

Je souhaite vous amener à voir comment une simple phrase peut avoir une si grande importance pour le chemin de l'humain, et qui plus est pour celui de l'humain connecté à cette âme liée par la gémellité. Ainsi, et pour l'exemple, si je pense et ressens être flamme jumelle, alors je le dis, et que me reste t'il donc pour accomplir ? Faire. Faire dans les quatre consciences, parce que cette phrase se traduit comme suit :


Ce que je pense ou ressens, évoque vos consciences intellectuelle (je pense) et émotionnelle (je ressens). Le chaser pense, le runner ressent. Le chaser pense intellectuellement que le runner est LA personne, le runner ressens émotionnellement que le chaser est aussi LA personne. Le travail du premier sera de valider sa pensée par ses ressentis émotionnels, pour ancrer définitivement dans le chemin de vie la faisabilité de la réunion. Le travail du runner sera de valider ses ressentis émotionnels par la concordance des pensées vraies, pour ancrer définitivement dans le chemin de vie, le réalisme de la réunion.


Se transforme en ce que je dis, évoque le pont avec la conscience spirituelle, logiquement. Je dis logiquement, car ce que je dis est entendu selon l'idée du verbe créateur, celui qui crée. Or, la conscience spirituelle sait ce qui est bon, et lorsque cette énergie est bien celle aux commandes, alors la parole est juste et vraie, et une parole vraie est une parole d'âme. Je SUIS flamme jumelle est ce que je dis ? Alors cela inclue une vérité, acceptée, qui doit être unifiée à l'intérieur de soi. Mais cette vérité est-elle une réalité ancrée dans ma matière de la vie réelle ? Est-ce plus la pensée (le mental) que l'émotion ? Est-ce plus l'émotion que le mental ? Parce que l'âme reliée au corps ne peut s'exprimer qu'au sein de la liberté la plus totale, exactement entre le mental et l'émotionnel, équilibrés. Ce qui s'en suit sera à réaliser, et ce qui sera réalisé ne le sera qu'en fonction de l'équilibre ou du déséquilibre qui résultera de la vérité entre le mental et le ressenti.

Qui se transforme en ce que je fais, évoque l'ancrage dans la réalité corporelle. La conscience corporelle fait les choses qui ont été dites, car elles ont été ressenties ou pensées. Je ressens le besoin d'aller courir, je le dis et je le fais, parce que j'en ressens le besoin, ou l'envie… Parce que ne répondre qu'à ses besoins peut conduire à de la maltraitance envers soi-même, ou envers l'autre. Si l'acte est essentiellement piloté par les envies, ou les ressentis il sera coupé du mental. Ainsi je peux aller courir parce que j'en ai envie, alors que mon corps est fatigué, et je vais me blesser. Ce que je fais est le résultat de l'être incarné, initié par la parole qu'il a précédemment exprimé. Je fais ce qu'il faut pour permettre l'union du couple implique que la réunion soit faire en soi, afin que la nature du résultat soit un parfait équilibre entre les émotions positives et l'analyse mentale qui en est faite. Alors l'action portée sera bonne pour l'un, et bonne pour l'autre, et ainsi la réunion peut conduire à la conjugaison.

La conjugaison française fait le rapport au temps, et le temps est réel dans l'incarnation. Parce que votre corps est votre carne, il vieillit en raison du temps. Rejeter cette réalité est se désancrer, et se désincarner. Or, le chemin terrestre de l'homme est l'incarnation, l'incarnation de son âme en son coeur, qui seule peut faire du Monde autour de soi un jardin d'Eden. Ainsi la conjugaison du verbe créateur ne peut se passer du temps, et le passé, le présent et le futur sont une réalité d'incarnés, et seulement d'incarner. Cela tombe plutôt bien, car nous sommes nés incarnés, pour nous conjuguer. À ne pas respecter cette réalité, on ne peut que passer à côté. Les réalités de ce Monde sont immuables, et un chemin de vie est à la fois l'expression du temps.

Ce que je pense ou ressens se produit dans le passé immédiat. Une émotion est visible sur le visage, mais inconsciente au moment de sa création. Une fois perçue par le mental, elle devient un sentiment, mais dès lors que cela se produit, que ce soit le ressenti ou la pensée, tous deux sont déjà du domaine du passé lorsque s'apprête à s'exprimer le résultat.

Se transforme en ce que je dis se produit dans le présent. Je suis mal dans cette relation est le fruit de ce qui a été ressenti et interprété par le mental comme une réalité physique. Alors l'âme va exprimer ce qui est sa réalité, sans autre moyen d'intervention ou de transformation. Le verbe est créateur, et le point de vue de la conscience intellectuelle, ainsi transposée dans le verbe, imprime dans l'âme l'énergie qui en résulte.

Qui se transforme en ce que je fais est en tout état de cause le futur. Le produit de nos pensées et de nos ressentis émotionnels sera purement algrébrique : émotion X pensée = Energie créée par le verbe = ce qui est créé dans la matière. Petite leçon de mathématiques appliquées, pour ceux qui veulent suivre ma pensée.


Émotions et pensées sont dotées d'une énergie, positive (+) ou négative (-). L'émotion de colère est une énergie qui peut être négative, celle de joie est une énergie positive. Le sentiment est une émotion conscientisée mentalement, et nous allons voir en quelques instants ce que le mélange des deux peut produire :


+ par + donne + de positif.

– par – donne + de négatif.

+ par – donne – de positif.

– par + donne – de négatif.

Il y a donc à comprendre que l'énergie mise en mouvement entre émotions et pensées produit un résultat qui, une fois verbalisé, va se transformer dans le futur, sous forme de réalisation. Sans une pleine conscience de ses émotions, associée à une parfaite compréhension de ces dernières, alors nous sommes dans un flou qui nous conduit à produire dans le futur des choses que nous ne contrôlons pas.


Pour les flammes jumelles, la polarité est importante, car la nature des émotions n'a pas le même effet sur le runner et le chaser. Pour l'exemple, la colère chez le chaser sera utilisée comme une force de combat, et de résilience, alors que chez le runner elle le videra énergiquement très vite. D'où l'importance impériale de déterminer sa polarité et de travailler sur la vivance, avec l'aide d'un regard extérieur.


Dans la phrase qui a retenu notre attention, dans cet article et dans notre vidéo, je vous invite à y voir l'incarnation verticale (de l'âme au corps), qui produit un résultat horizontal (dans le temps). Au-delà même de vos douleurs liées à votre nature de flamme jumelle, il y a votre chemin de vie et d'incarnation. La réunion et la conjugaison ne peut se faire que par le mental, comme elle ne peut se faire que par l'émotion. Cette phrase nous offre un potentiel créatif illimité, mais seulement à la condition que mental et émotions soient parfaitement maitrisés, et mis en oeuvre en commun.


Plus légèrement, si chacun se tient au premier niveau de lecture et de compréhension de cette phrase, alors prennent forme les amortisseurs nécessaire à l'adoucissement du chemin, qu'il soit de flamme jumelle, ou pas. Parce que nous parlons ici d'incarnation, nous parlons de réalité ancré. Nous sommes avant tout des humains, mais aussi des enfants. Lorsque l'enfant dit qu'il veut danser il danse, lorsqu'il se sent triste, il pleure. Il fera cela sans réfléchir, à moins que l'adulte ne l'en empêche. Nous voyons ainsi que le chaser refusera de pleurer, parce qu'il ne faut pas. Nous voyons également que le chaser peut tout à fait danser, alors qu'il n'est pas le moment de le faire. Tous deux ont à travailler en conscience, pour réaliser ce qui leur tient à coeur, et qui parait évident à leurs pensées vraies. Ce qui permettra cela est la compréhension intellectuelle de la vivance émotionnelle.


Prenez soin de vous.

Denis

196 vues

*Le magnétisme, comme l'énergétique sont soumis à des prérequis sans lesquels l'efficacité est amoindrie. Ils ne dispensent pas, en outre, d'un suivi médical régulier.

  • Facebook - Black Circle

Retrouvons-nous sur Facebook